/finance/homepage

Comment un couple d’immigrants a réussi avec seulement 25$

Diane Tremblay | Journal de Québec

Dans l’ordre habituel : Nikolina, Predrag, Anja et Nicolas Okuka du Café Castelo, sur l’avenue Cartier, à Québec, sont la preuve que tout est possible quand on y croit.

Jean-François Desgagnés

Dans l’ordre habituel : Nikolina, Predrag, Anja et Nicolas Okuka du Café Castelo, sur l’avenue Cartier, à Québec, sont la preuve que tout est possible quand on y croit.

Un couple de Yougoslaves débarqué au Québec en 1995 avec seulement 25 $ en poche a réussi à fonder une entreprise de torréfaction de café qui se prépare à passer entre les mains de ses enfants.  

Nikolina et Predrag Okuka ont fondé Café Castelo un an à peine après leur arrivée à Québec. Fuyant la guerre, ils ont quitté leur Yougoslavie natale emportant avec eux bien peu de choses si ce n’est leur détermination et leur passion commune pour le café. Leur fille Anja était toute petite, alors que Nicolas, son frère, n’était pas né.  

« On ne parlait pas français. On ne savait même pas où on arrivait. Tout était nouveau, la culture, le climat. On est parti d’en dessous de zéro. Maintenant, quand j’y repense, je me demande si j’aurais le courage de le refaire, mais la vie est bien faite. C’est mieux de ne pas savoir ce qui nous attend. Quand on n’a pas le choix, on est capable de faire plein de choses », a confié Nikolina Okuka, qui est aussi une artiste accomplie.  

Récompensée à plusieurs reprises pour son talent, cette femme courageuse a ouvert une galerie d’art au-dessus du café de l’avenue Cartier, où elle présente ses œuvres, mais aussi les œuvres d’artistes de la relève.   

Croissance fulgurante  

Bien qu’elle et son conjoint soient toujours très actifs dans l’entreprise, Anja occupe une place de plus en plus importante. La jeune femme s’est d’ailleurs démarquée en remportant le titre de Jeune personnalité d’affaires 2018 de la Jeune Chambre de commerce de Québec.  

En cinq ans, l’entreprise a connu une croissance de 80 %. En plus d’avoir deux cafés avec pignon sur rue à Québec, Café Castelo possède une usine de torréfaction à Lévis. Elle fournit des hôtels, des restaurants, des bureaux, ainsi qu’une douzaine de cafés indépendants. « On s’est diversifié », dit Anja, qui occupe le poste de directrice du développement des affaires.  

Fierté d’un père  

Predrag est fier du parcours réalisé par sa famille, d’autant plus qu’il y a 25 ans, l’homme et sa conjointe sont débarqués au Québec avec seulement 25$ en poche, s’est rappelé le couple, en entrevue au Journal.  

« L’important, c’est de préparer les enfants tranquillement pour qu’ils puissent continuer. Plus ils vont prendre de place, plus on pourra se retirer », dit M. Okuka  

Selon lui, rien ne sert de vivre dans le passé. Anja et Nicolas amènent des idées nouvelles qui permettent à l’entreprise de s’adapter aux changements.   

« La vie, c’est un apprentissage constant. C’est comme ça qu’on évolue. Ce n’est pas en restant dans le même moule », reconnaît-il. L’année 2020 promet d’être très occupée pour Café Castelo, qui mijote un gros projet.  

« En bout de ligne, pour moi, ce qui est important, c’est que mes enfants soient heureux », ajoute Nikolina.  

Une histoire inspirante  

1995

Nikolina et Predrag Okuka fuient la guerre    

1996    

Ouverture du premier Café Castelo sur la 1re Avenue à Limoilou (vendu ensuite à un partenaire)      

2005     

Installation d’une usine à Vanier   

2009    

Ouverture du Café Castelo sur l’avenue Cartier    

2015  

Inauguration d’une nouvelle usine à Lévis     

2016  

Début de la production de café en capsules     

2017    

Rachat du Café Grains de soleil qui devient Café Castelo sur l’avenue Maguire    

► Nombre d’employés : entre 35 et 50 travailleurs