/regional/montreal

Prêts à tout pour éviter l’expulsion de leur mère

Une famille de Granby se bat pour éviter qu'une dame de 93 ans soit expulsée de sa résidence privée. 

Réjeanne Ashby souffre d'Alzheimer et vit à la résidence La Croisée de Granby depuis maintenant cinq ans. 

Mais il y a quelques mois, son état s'est détérioré. La résidence a donc augmenté son loyer de près de 2000$, portant la mensualité à 6200$. La famille a accepté sans hésiter. 

«On est bien d'accord à rémunérer conséquemment et à payer à la résidence ce qui est dû, a confié son fils Claude Robert. D'autre manière, nous, on veut que notre mère reste ici, elle a de bons soins.»  

Ce que la famille ignorait toutefois, c’est qu’au moment de l’accord, elle venait du même coup de consentir au dépassement de services et au transfert de Mme Ashby vers le réseau public. 

«Si on avait su, on n'aurait jamais signé», insiste M. Robert.  

Mme Ashby doit désormais partir pour un CHSLD lundi matin.  

«Le chambardement est épouvantable dans la vie de la famille et de notre mère» se désole le fils de l’aînée.  

Sa petite fille Annie Lorquet, qui est urgentologue, ne blâme aucun collègue, mais elle croit que sa grand-mère a été évaluée alors qu'elle passait exceptionnellement une mauvaise journée.  

«On avait mis le pied dans le système. Une fois qu'ils sont évalués, il n'y a pas de changement possible. C'est sûr qu'en partant d'ici, elle va être perdue», déplore-t-elle.  

Le Groupe Maurice sympathise avec la famille, mais précise ne pas avoir eu le choix.  

«Elle a quand même de bons soins, mais malheureusement, de par ses besoins grandissants et sa condition actuelle, ce n'est pas suffisant pour assurer sa sécurité à moyen et à long terme», explique France Morissette, vice-présidente adjointe santé du Groupe Maurice.  

Claude Robert a décidé d’envoyé une mise en demeure au Groupe Maurice et pourrait porter la cause devant la justice, ne serait-ce que pour tenir le débat à propos des critères d'exploitation des résidences privées, pour ces aînés qui, au bout du compte, ont les moyens de désengorger le réseau public. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.