/news/politics

Fitzgibbon courtise le milieu du véhicule électrique

Agence QMI

Le ministre Pierre Fitzgibbon a profité de son passage à la 53e édition du Consumer Electronic Show (CES) à Las Vegas pour courtiser le milieu du véhicule électrique, une filière industrielle qu'il espère voir s'implanter de plus en plus au Québec.  

Le ministre de l'Économie et de l'Innovation a expliqué, mardi, être hautement impressionné par les innovations présentées par de nombreuses entreprises qui misaient sur des véhicules électriques pour épater la galerie. «Toute l'effervescence que l'on voit sur les véhicules; c'est rendu une foire de véhicules innovants et je pense qu'au Québec, c'est très pertinent pour nous. Ça m'excite beaucoup», a-t-il confié à TVA Nouvelles.  

«Au Québec, la stratégie de véhicules électriques, j'y crois beaucoup. Je crois au secteur du lithium, des véhicules électriques», a poursuivi le ministre Fitzgibbon, en mentionnant aussi le développement de technologies pour récupérer les batteries.  

M. Fitzgibbon a aussi profité de son passage dans l'Ouest américain pour aller visiter l'usine du fabricant de voitures électriques Tesla. «C'est un incontournable. [...] On a eu une rencontre avec les gens de Tesla qui était super intéressante», a laissé entendre le ministre, avant de tempérer les espoirs en précisant qu'il n'a aucune annonce de partenariat à faire pour le moment.  

Il n'empêche, le Québec est bien positionné avec son hydroélectricité abordable et ses réserves de terres rares et de minerais pour attirer de grands joueurs de l'électrification des transports. «Je pense que l'on a, fondamentalement, une plate-forme extraordinaire. Il faut juste convaincre les équipementiers mondiaux que le Québec peut être au centre de cette effervescence-là», a jugé le ministre Fitzgibbon.  

Par ailleurs, des dizaines de petites et moyennes entreprises québécoises participent au CES cette année. Ce passage dans le désert du Nevada permet avant tout aux PME du milieu technologique de développer des partenariats avec d'autres entreprises, de se faire connaître, de garder un œil sur leurs concurrents et, parfois même, de décrocher des partenariats ou des contrats, a détaillé le ministre.

Dans la même catégorie