/finance

Oriens Technologies poursuit le ministère de l'Environnement pour 31 M$

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Oriens Technologies qui souhaitait recycler des résidus d'aluminium à Bécancour intente un recours de 31 millions $ contre le ministère de l'Environnement.

L'entreprise allègue que les fonctionnaires du ministère ont fait preuve «d'acharnement» à son endroit sur une période de quatre ans.

Oriens avait définitivement dû cesser ses activités en 2016, le ministère ayant refusé de renouveler son certificat d'autorisation.

La requête évoque des «demandes abusives», du «dénigrement», des «interventions inappropriées pour nuire», «l'absence de réponses» à des sollicitations, des «délais irréguliers» et une «attitude hostile».

Oriens Technologies projetait de transformer des brasques d'aluminium en additif pour poudre de ciment. L'actuel gestionnaire du site industriel n'est pas étonné de ce recours. Lui-même avait déjà eu maille à partir avec le ministère de l'Environnement dans l'exploitation de trois usines de recyclage d'aluminium.

«Le ministère a des abus de pouvoir très importants, a indiqué Gilles Péloquin, en entrevue à TVA Nouvelles. J'ai trois compagnies qui sont fermées à cause de ça. On a eu le même traitement dans le cas d'Alsa et de Recyclage d'aluminium Québec qu'Oriens a eu. Par contre on n'a pas pu poursuivre comme Oriens réussit à faire maintenant.»

Le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, avait maintes fois appelé le ministère à agir comme partenaire de ce projet plutôt que de lui mettre des bois dans les roues. Comme l'affaire est devant les tribunaux, ce dernier préfère maintenant éviter de commenter si ce n'est pour dire qu'il croyait en ce projet industriel.

«Ce que je trouvais intéressant de cette entreprise c'est qu'elle traitait un résidu de l'aluminium qui est très difficile à recycler», a ajouté M. Martel.

Dans la même catégorie