/news/law

Un Lévisien accusé d’agression sexuelle sur une fillette

Dominique Lelièvre | Le Journal de Québec

Un résident de Lévis est accusé d’avoir agressé sexuellement une fillette de cinq ans, au début de l’année, pendant qu’il séjournait chez des amis.

Patrick Roy, 29 ans, a comparu au palais de justice de Québec, jeudi. Il est aussi accusé de contacts sexuels sur cette personne mineure et d’avoir omis de se conformer à une ordonnance de ne pas troubler l’ordre public et d’avoir une bonne conduite.

Selon l’acte d’accusation, consulté par Le Journal, Roy, connu des autorités pour une violente attaque au couteau en 2015, aurait «agressé sexuellement» l’enfant et lui aurait «touché une partie du corps» à des fins «d’ordre sexuel».

Expulsé 

Les faits allégués remontent au 2 janvier dernier. Le prévenu, qui, il va sans dire, n’a rien à voir avec l’entraîneur des Remparts, avait été invité chez des amis, la veille, a précisé le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL), en s’appuyant sur son enquête dans ce dossier.

Pendant la nuit, «Roy s’est introduit dans la chambre de la petite victime pour ensuite l’agresser sexuellement», peut-on lire dans un communiqué de la police. C’est à ce moment qu’il se serait adonné aux infractions reprochées.

L’enfant en aurait ensuite informé sa mère et un autre homme qui n’est pas son père, puis Roy aurait été expulsé de la résidence. Quelques jours plus tard, le 7 janvier, les enquêteurs se rendaient chez lui pour procéder à son arrestation.

Une «enquête parallèle» vise toujours Roy. Il est possible que d’autres chefs d’accusation s’ajoutent, mais «pas nécessairement en lien avec d’autres attouchements», d’après le porte-parole de la police, Maxime Pelletier.

L’homme est attendu devant le tribunal, lundi prochain, pour la suite des procédures. 

Antécédents 

Il y a trois ans, Roy avait plaidé coupable à une accusation de voies de fait graves et avait été condamné à cinq ans de prison pour une agression survenue le 29 janvier 2015 au restaurant Cosmos de Lévis.

Frustré par des propos racistes et d'autres différends, Roy, alors âgé de 24 ans, avait asséné plusieurs coups de couteau à un collègue de travail alors qu'ils étaient à l’arrière de l'établissement, selon les éléments de preuve présentés en cour à l’époque. La victime avait été blessée au flanc, à la cuisse et à la jambe droite. 

Roy avait aussi plaidé coupable à des accusations de harcèlement criminel et de menace en lien avec ce dossier. Lors de sa condamnation, il lui restait près de 20 mois d’emprisonnement à purger.

— Avec la collaboration de Kathleen Frenette