/news/law

Le casse-cou Tommy Bar-Longuépée condamné à 30 jours de prison

Kathleen Frenette | Journal de Québec

L’ancien roi déchu de la vitesse, Tommy Bar-Longuépée, a été condamné à une peine de détention de 30 jours pour avoir conduit durant une interdiction, peine qu’il pourra purger de façon discontinue pour préserver son travail chez un concessionnaire auto. 

• À lire aussi: Le casse-cou Tommy Bar-Longuépée de nouveau arrêté

En 2014, Bar-Longuépée avait attiré les regards sur lui en publiant des vidéos de lui filant à moto à 300 km/h, ou encore en roulant sur une roue à quelque 240 km/h.

Condamné à purger une peine de 34 mois de détention et interdit de conduire pour trois ans au sortir de détention, l’ancien «demon road» s’était tenu tranquille, mais, en octobre dernier, il s’est fait prendre au volant de son Jeep Wrangler, tôt en matinée, alors qu’il quittait sa résidence.

Arrêté puis détenu, l’homme avait pu reprendre sa liberté après que ses patrons de chez Sainte-Foy Chrysler soient venus témoigner en sa faveur.

D’ailleurs, vendredi, l’avocat de Bar-Longuépée, Me Simon Roy, a déposé à la Cour une lettre remise par le directeur général véhicules d’occasion de l’entreprise.

Dans cette dernière, on pouvait y apprendre que l’accusé s’était démarqué en 2019, en étant «1ers vendeurs entre tous les conseillers des départements de ventes neufs et usagés» de l’ensemble des concessionnaires.

«Nous sommes vraiment fiers de vous compter parmi nos employés. Vos clients peuvent compter sur vos bons services et nous, sur votre ponctualité et professionnalisme», pouvait-on y lire.

La sentence, qui a été présentée façon commune par les avocats a été entérinée par le juge Jean-Louis Lemay qui a aussi accepté de ne pas prolonger l’ordonnance d’interdiction de conduire de Bar-Longuépée qui doit prendre fin en avril 2020.

Dans la même catégorie