/finance

Le rappel au travail est complété chez ABI

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Un peu plus de cinq mois après la fin du lock-out, tous les employés de l'Aluminerie de Bécancour (ABI) sont maintenant revenus au travail. Les neuf derniers travailleurs figurant sur la liste de rappel ont réintégré leur poste vendredi matin.

• À lire aussi: Les premiers travailleurs d'ABI de retour au boulot

• À lire aussi: Québec souhaite maintenant un investissement majeur à l'ABI

Ça signifie que l'effectif en place est de 837 travailleurs permanents. C'est 200 de moins qu'au déclenchement du lock-out, en janvier 2018. Il n'y a toutefois pas eu de mises à pied. Les 200 travailleurs en moins ont démissionné ou sont partis à la retraite.

Le syndicat note que la réorganisation du travail dans l'aluminerie a eu un effet déstabilisant sur beaucoup d'employés.

Pour ce qui est de l'atmosphère de travail, on estime qu'elle pourrait être bien meilleure.

«Un lock-out, ça laisse des cicatrices et l'employeur devrait peut-être mettre beaucoup plus d'emphase là-dessus et avoir un peu plus d'empathie face à ce que ça peut avoir causé comme cicatrices», a fait valoir Éric Drolet , président par intérim du Syndicat d'ABI, vendredi.

Le retour de l'ensemble des syndiqués ne signifie pas pourtant que la production ait repris à 100 %. Un peu plus du tiers des cuves sont encore en voie de redémarrage. D'ailleurs, le plus vite sera le mieux puisque le marché de l'aluminium a repris de la vigueur.

«Le prix de l'aluminium a monté. Il était à 1100 $ US la tonne en septembre dernier. Il est maintenant à près de 1400 $ US la tonne», a fait remarquer Jean-Claude Bernatchez, professeur de relations industrielles qui a suivi au jour le jour le conflit à ABI.