/news/law

Sa bonne conduite amène la clémence du juge

Kathleen Frenette | Journal de Québec

Accusé de vol qualifié et de braquage d’une arme à feu après que ses victimes eurent refusé de lui donner une cigarette en mai 2017, un jeune homme de 22 ans a été condamné, jeudi, à une peine de 90 jours qu’il pourra purger de façon discontinue.  

Habituellement, les infractions pour lesquelles Valery Korotkov a plaidé coupable sont passibles de peines d’emprisonnement importantes, et les juges doivent accorder un poids significatif aux objectifs d’exemplarité, de dissuasion et de réprobation sociale.  

Toutefois, comme l’a rappelé le juge Jean Asselin, vendredi, il est possible, parfois, «de déroger à des peines d’emprisonnement importantes lorsque les circonstances le justifient».  

Le jeune homme, un immigrant russe, a eu une enfance difficile «teintée par la violence, l’instabilité, la pauvreté et l’absence de cadre parentale», a rappelé le magistrat.     

Faisant siens les arguments de l’avocat de la défense, Me Didier Samson, le président du Tribunal, a également tenu compte du jeune âge de Korotkov, de son faible risque de récidive et de sa collaboration avec la justice.  

En plus de la peine de détention, le jeune homme devra effectuer 150 heures de travaux communautaires.