/regional/estduquebec/basstlaurent

Un couvent bientôt disponible à Rimouski

Alexandre D'Astous | Journal de Québec

En raison de la décroissance du nombre de sœurs sur place, la congrégation des Sœurs du Saint-Rosaire souhaite se départir de sa maison mère de Rimouski, un bâtiment évalué à 32,7 M$. 

Le couvent des Sœurs est un établissement marquant dans l’histoire du Bas-Saint-Laurent qui a déjà accueilli 1000 religieuses, alors qu’elles ne sont plus que 200 aujourd’hui. 

La supérieure générale de la congrégation, sœur Gabrielle Côté, explique que la moyenne d’âge des résidentes est de 85 ans. 

« Nous avons entamé une réflexion, il y a trois ans, pour envisager nos options. Il est évident qu’on ne peut pas penser rester propriétaire et gestionnaire encore longtemps », mentionne-t-elle. 

Vocation 

La congrégation religieuse a mandaté l’Office d’habitation Rimouski-Neigette pour la réalisation d’une étude de préfaisabilité pour évaluer un projet de requalification de la maison mère. 

Les religieuses souhaitent pouvoir continuer d’habiter les lieux, mais sont prêtes à côtoyer des laïcs dans un contexte de pénurie de logements abordables pour des clientèles vulnérables dans la région. 

« Ça rejoindrait nos valeurs. On veut devenir un lieu répondant aux besoins de la communauté. Des organismes culturels et de l’éducation ont démontré de l’intérêt à venir chez nous. Nous accueillions déjà les jeunes du Grand Défi (formation pour combattre le décrochage scolaire de jeunes de secondaire 3, 4 et 5) », indique sœur Côté. 

Un projet multi-usage 

« On travaille sur un projet multi-usage qui maintiendrait l’ensemble des services que reçoivent ou dispensent les sœurs, soit l’entretien de l’infrastructure, les soins de santé, la formation et l’éducation, et qui permettrait à la Congrégation d’assurer la poursuite de sa mission communautaire par le transfert éventuel de la Maison à une entité laïque à but non lucratif », explique le directeur général de l’Office d’habitation, Alain Boulianne.  

Un dossier d’étude préliminaire devrait être déposé en mai 2020. 

Le couvent compte 1000 pièces. Il a été bâti en 1904 et agrandi à quelques reprises au fil du temps.