/news/culture

La Première Guerre mondiale recréée avec «1917»

Isabelle Hontebeyrie | Agence QMI

Adriana M. Barraza/WENN

Pensé pour donner l’impression d’avoir été filmé en une seule prise, le «1917» de Sam Mendes ne ressemble à aucune autre œuvre du cinéaste de «007 Skyfall». Voici, en mots-clés et en chiffres, tous les secrets de cette production unique au budget de 100 millions $ US. 

Origines 

L’histoire de «1917» est chère à Sam Mendes. «La première fois que j’ai compris le concept de la guerre, a détaillé le cinéaste, c’est lorsque mon grand-père m’a raconté ses souvenirs de la Première Guerre mondiale. Ce film n’est pas son histoire, mais plutôt une transmission de son esprit, de ce que ces hommes ont vécu, de leur sacrifice, de la croyance qu’ils avaient en quelque chose de plus grand qu’eux.» 

Scénario 

Les caporaux Schofield (George MacKay) et Blake (Dean-Charles Chapman) ont une mission simple et quasi impossible à la fois. Ils doivent passer en territoire ennemi afin de livrer un message qui pourrait sauver la vie de 1600 soldats. «Notre caméra ne les quitte jamais, a souligné Sam Mendes. Je voulais suivre chacun de leurs pas, chacune de leurs respirations. Le directeur photo Roger Deakins et moi avons discuté de la possibilité de filmer ¨1917¨ de la manière la plus immersive possible. Nous avons pensé ce film de façon à ce que le public soit au plus près de leur expérience.» 

Poursuivant la description de sa démarche, Sam Mendes a ajouté que «ce film est une fiction, mais certaines scènes sont directement tirées d’histoires que mon grand-père m’a racontées ou de certaines que lui avaient racontées ses amis soldats.» 

Au cours de son long processus de recherche, il a découvert «que cette guerre en était une d’immobilité. Une guerre dans laquelle des millions d’hommes ont perdu la vie pour 200 ou 300 mètres de terre.» 

Horreur 

Krysty Wilson-Cairns, la coscénariste de «1917», a été abasourdie par ce qu’elle a découvert durant ses recherches. «La Première Guerre mondiale a été la première guerre de carnage généralisé. Elle a aussi été la première guerre technologique, puisqu’elle représentait le premier maillage entre les industries et la guerre. Ce qui a débuté comme une bataille d’infanterie, avec ses charges et ses chevaux, est rapidement devenu une guerre statique, livrée avec des chars d’assaut, des mitraillettes, du gaz et des avions. C’était la mort à un niveau jamais vu. L’une des choses les plus extraordinaires de ce conflit est que, pendant quatre ans, 10 millions de soldats se sont entretués et personne, à aucun moment, n’a dit ¨assez¨.» 

Lieux de tournage 

Impossible de tourner en France sur les lieux des batailles de la Première Guerre mondiale, car cela est interdit pour plusieurs raisons. Emma Pill, la responsable des lieux de tournage a expliqué qu’il «reste encore des munitions dans le sol; nous n’aurions donc pas pu creuser comme nous avions besoin de le faire. De plus, il y a encore des cadavres dans la terre. Nous devions donc trouver des lieux adéquats sans rien déranger d’historique, et sans déshonorer les soldats tombés pour leur patrie.» 

Elle a ainsi trouvé des endroits, au Royaume-Uni, dont la topologie était identique aux lieux en France. La production a donc établi ses quartiers dans la plaine de Salisbury, non loin de Stonehenge, à Glasgow en Écosse, et à Bovingdon, dans le centre du pays. 

Distribution 

C’est Sam Mendes qui a tenu à ce que les deux acteurs principaux soient de quasi- inconnus. «Le film est le parcours de ces deux soldats que rien ne distingue, au premier regard, des autres. Je voulais donc que le public n’ait aucune relation antérieure avec les acteurs. C’était un luxe pour lequel j’ai bénéficié du soutien total des studios», a-t-il expliqué. 

Une prise 

Afin d’immerger le public, Sam Mendes a tenu à ce que son film soit présenté en temps réel et donne l’illusion d’avoir été tourné en une seule longue prise. En réalité, «1917» a été filmé en plusieurs prises qui ont ensuite été assemblées les unes aux autres au montage. 

Détails 

«Nous avons dû nous concentrer sur tous les détails, a souligné le réalisateur. Par exemple, nous avons dû mesurer la longueur de chaque pas du parcours. C’est très simple d’écrire, dans le scénario, ¨ils marchent à travers un bosquet d’arbres, descendent une colline, passent par un verger, autour d’un étang et entrent dans une ferme¨, mais la scène doit avoir la même longueur que le terrain parcouru. Et le terrain ne pouvait pas être plus long que la scène. Nous avons donc dû répéter chaque pas, chaque geste et chaque réplique sur le terrain.» 

Entraînement 

Chaque acteur a été entraîné par Paul Biddiss (qui a travaillé sur la franchise des «Jason Bourne»), l’homme ayant servi dans l’armée britannique pendant plusieurs décennies. Il leur a ainsi appris l’état d’esprit d’un soldat, faisant effectuer de longues marches aux acteurs et leur apprenant à toujours porter attention à leurs frères d’armes. Il a également développé un cours spécifique pour leur apprendre les rudiments de la vie dans les tranchées. Et il a insisté sur l’entretien de la santé des pieds. «C’est l’une des premières leçons que je leur ai dispensées puisqu’ils n’étaient pas habitués à marcher avec des bottes d’armée tous les jours.» 

Almanach du fermier 

Puisqu’il fallait créer l’illusion d’une seule prise continue, toute l’équipe était obsédée par la météo. Dennis Gassner, le responsable des décors, s’est donc servi de deux outils: l’Almanach du fermier... et le site weather.com! 

Tranchées 

Elaine Kusmishko, l’une des directrices artistiques, a conçu et supervisé la fabrication de toutes les tranchées de «1917». Afin de respecter la réalité historique, les tranchées allemandes ont été construites plus larges que celles des alliées. «Ils ont toujours pensé que cette guerre en serait une de long terme, donc ils se sont enterrés. Ils avaient fortifié leurs tranchées avec du béton», a-t-elle indiqué. 

Les chiffres de «1917» 

- Le tournage s’est déroulé en 65 jours. 

- George MacKay et Dean-Charles Chapman ont suivi un entraînement militaire pendant cinq mois. «Notre conseiller militaire, Paul Biddiss, nous a expliqué en détail ce que ça représentait d’être un soldat, jusqu’au salut et la manière de tenir nos armes. Nous avons aussi effectué des exercices de tir avec l’équipe de l’armurerie afin de nous assurer que nous savions tout de nos armes. J’ai même appris à me repérer correctement avec une boussole», a indiqué Dean-Charles Chapman. 

- Les foules de «1917» n’ont pas été créées par ordinateur. Elles sont composées de vrais acteurs. Sam Mendes a personnellement choisi les 500 figurants, qui ont, eux aussi, suivi un entraînement militaire de base. Ils y ont appris les tactiques de guerre et le maniement des armes. Les figurants devaient être en bonne forme physique de manière à pouvoir courir sur de longues distances et il leur était interdit de se laisser pousser la barbe. Seule exception, les soldats sikhs qui portaient leurs turbans traditionnels. 

- Les répétitions se sont tenues sur «sept ou huit semaines, parfois sur les lieux mêmes du tournage. Tout le monde était impliqué pendant les répétitions et a continué de s’impliquer pendant le tournage. C’est très émouvant de voir de tels artistes au travail, tous oeuvrant en égaux, avec respect et très peu de hiérarchie», a confié le cinéaste. 

- Pas moins de 6000 balles ont été conçues pour la bataille qui se tient dans la carrière allemande. 

- Au total, l’équipe des décors a creusé pas moins de 1,5 kilomètre de tranchées! 

- Pour la scène dans laquelle le personnage de Schofield tombe sur une montagne de cadavres, l’équipe a creusé 762 mètres de tranchées, ce qui a exigé l’excavation de 1615 tonnes de terre. Pour cette scène, l’équipe des effets spéciaux a fait exploser 35 tonnes de débris dans les airs. 

- Le département des costumes comptait 27 personnes lors de la préproduction. Pendant le tournage, l’équipe est passée à 60 employés. 

- George MacKay disposait d’une trentaine de costumes dans divers états de délabrement et Dean-Charles Chapman en avait 24. 

- Il a fallu deux semaines pour créer chaque costume d’officier en laine. Au total, entre 300 et 400 ont été fabriqués dans une manufacture située en Pologne. 

- Près de 300 casques ont été créés de façon identique et par ordinateur... mais pas en métal, contrairement aux vrais. 

- Les cheveux des figurants ont été coupés deux semaines avant le début du tournage de leurs scènes. 

«1917» a pris l’affiche vendredi.

Dans la même catégorie