/news/society

Le verglas attendu dans plusieurs régions

TVA Nouvelles et Le Journal de Québec

Des résidents pourraient être plongés dans le noir, d’autres devraient subir une bonne tempête hivernale et des riverains seront attentifs aux mouvements de glace pendant le passage d’une importante dépression qui s'abattra sur le Québec pendant la fin de semaine.      

Le scénario d’un système en deux temps, amenant un cocktail de pluie, de verglas et de neige se précise.       

• À lire aussi: Un médecin prévoit «une épidémie de fractures»  

Pour la plupart des secteurs du sud et du centre de la province, tout a commencé samedi matin avec un redoux et des averses de pluie, qui pourraient amener de la dizaine à la vingtaine de millimètres.        

Un front froid viendra ensuite brouiller les cartes, samedi soir. Pendant plusieurs heures, ont peut s'attendre à un régime composé essentiellement de pluie verglaçante pour certains pendant que d’autres sortiront les pelles.     

  

Verglas et vents             

De Gatineau à Montréal et jusqu’en Estrie, Environnement Canada anticipe entre 1 et 3 centimètres de pluie verglaçante pour toute la nuit de samedi à dimanche ainsi que pour la première moitié de la journée de dimanche. Ce scénario compliquera certainement les déplacements à pied comme en auto et pourrait entraîner son lot de pannes de courant, et ce, à plusieurs endroits.   

«C'est un poids considérable, particulièrement pour les branches. Plusieurs impacts pourraient en découler et créer des pannes», prévient le météorologue de l’agence fédérale, Alexandre Parent.         

Plus au nord et à l’est, c’est une avalanche de flocons qui est attendue pour le reste du week-end : le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay-Lac-Saint-Jean ou encore la Baie-des-Chaleurs peuvent s'attendre à recevoir entre 15 et 35 cm de neige.   

Les vents seront aussi significatifs dans certains coins de la province, avec des rafales pouvant atteindre 60-70 km/h près du fleuve Saint-Laurent, ce qui pourrait provoquer de la poudrerie et davantage de pannes de courant à ces endroits.   

«Il vaut mieux prévoir qu'on puisse être sans électricité pour une période plus ou moins prolongée», avertit le météorologue.              

Les gens qui doivent se déplacer en voiture devraient privilégier la journée de samedi, conseille-t-il aussi.         

La population peut finalement s'attendre à un «petit répit» en début de semaine prochaine avec des températures plus près des normales saisonnière, c'est à dire entre -10 et -5 degrés.         

  

Hydro-Québec se dit prêt      

Selon Cendrix Bouchard, porte-parole d’Hydro-Québec, toutes les mesures ont été prises pour se préparer adéquatement aux pannes qui pourraient affecter de nombreux clients plus tard ce week-end.      

«Au-delà d’être en mode en attente, on veut être prêt à se déployer à l’instant où des pannes se déclarent [...] On veut des équipes bien reposées et avoir des monteurs et monteuses de lignes prêts à intervenir au moment opportun», explique-t-il.      

Le porte-parole avoue aussi que tout pourrait se jouer dans les heures suivant la chute de la pluie verglaçante.      

«Le verglas en soit va alourdir les fils, mais notre réseau est solide. Là où ça devient plus complexe, c’est quand la végétation entre en contact avec ce réseau [...] Si le vent se met de la partie ou s’il y a de la neige qui suit tout ça, ça peut produire des situations de pannes», analyse Cendrix Bouchard.      

Quelques conseils pour se préparer aux pannes:   

-Avoir des couvertures et des vêtements chauds à la portée de la main      

-S'équiper d'une radio avec des piles pour bien s’informer de l'évolution de la situation      

-Conserver des réserves d’eau potable      

-S’assurer d'utiliser à l'extérieur toute source de chaleur d’appoint employant des combustibles afin d'éviter tout risque pour la santé      

Rivières surveillées             

Quant au niveau des rivières où il va pleuvoir, les prévisions sont encourageantes, mais des mouvements de glace sont possibles et l’on ne peut éliminer la possibilité d’inondations en cas de débâcle, selon Pierre Corbin, président fondateur d’Hydro Météo.              

«Il y a des ruisseaux qui pourraient réagir plus rapidement. Plus le cours d’eau est petit, plus il réagit rapidement», explique-t-il.              

Le risque de crue est plus important le long de la frontière avec les États-Unis entre la Montérégie et l’Estrie ; la rivière l'Acadie sera par exemple à surveiller, alors qu’en Beauce, la Chaudière, tellement dévastatrice au printemps dernier, devrait être «peu affectée» par les précipitations, selon les prévisions.

Dans la même catégorie