/news/society

Moins de verglas que prévu à Montréal

Elsa Iskander | 24h

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Les rues et trottoirs de Montréal devraient être bien déglacés lundi pour l'heure de pointe matinale, alors que les équipes de la Ville complétaient leurs opérations de déblaiement et de sablage dimanche soir.

• À lire aussi: Moins de 30 000 foyers sans électricité

Il y a eu moins de verglas que prévu dans la nuit de samedi à dimanche; environ cinq centimètres de grésil sont tombés, suivis de quelques centimètres de neige en après-midi.

«Ça a été un soupir de soulagement pour la Ville de Montréal, relate le porte-parole Philippe Sabourin. La pire crainte pour nous, ce qu’on nous avait annoncé, c’était un pouce de verglas.»

En fin d'après-midi, les équipes se préparaient à aller gratter les trottoirs pour enlever le grésil et ajouter du sel. Du sablage était prévu dans les rues.

«Assurément, ça sera terminé avant la pointe de lundi matin», a indiqué M. Sabourin.

Record de pluie

Si la météo a finalement été plus clémente que ce qui était redouté, un record de pluie pour un 11 janvier a quand même été enregistré dans la région montréalaise samedi alors que l’eau s’accumulait rapidement dans les rues.

Selon Environnement Canada, une quarantaine de millimètres de pluie sont tombés samedi, alors que le maximum atteint à pareille date s’élevait seulement à une vingtaine de millimètres jusqu'à maintenant.

Il ne s'agit toutefois pas de la journée la plus pluvieuse de tous les mois de janvier; un épisode de cinquante millimètres avait été enregistré en 2006.

Roches versus sel

La fin de semaine dernière, un millier d’appareils et autant d’employés ont été déployés sur 10 000 km de trottoirs et chaussées à Montréal. La facture s’élève à plusieurs centaines de milliers de dollars, affirme M. Sabourin, sans pouvoir avancer de chiffre précis.

En raison du volume de pluie, la Ville a versé des roches plutôt que du sel sur les trottoirs, car ce dernier risquait de se dissoudre. Cela a permis d’éviter que les trottoirs se transforment en patinoire, explique M. Sabourin, ajoutant qu’il n’y a pas eu d’accidents et peu de plaintes pour trottoirs glissants, sans les chiffrer.

Aussi, le chargement de neige effectué en début janvier, pour un coût estimé de 21 millions $, a permis de dégager les puisards bouchés.

«Déjà, [dimanche] matin on indiquait aux automobilistes que le réseau était sécuritaire», rappelle le porte-parole de la Ville, invitant les citoyens à signaler des problèmes via l’application Montréal - Services aux citoyens.

- Avec la collaboration de Béatrice Roy-Brunet