/news/currentevents

Fausse alerte à la centrale nucléaire de Pickering

Agence QMI et AFP

Une fausse alerte annonçant un «incident» à la centrale nucléaire de Pickering, située à moins d’une cinquantaine de kilomètres du centre-ville de Toronto, a été envoyée par «erreur», dimanche matin.   

Un avis a été envoyé partout en Ontario grâce au système d’alerte de la province concernant cet événement. Cependant, cette alerte ne s’adressait qu’aux personnes vivant dans un rayon de 10 kilomètres autour de la centrale.   

«Un incident a été rapporté à la centrale nucléaire de Pickering. Il n’y a PAS eu de fuite radioactive anormale à la centrale et l’équipe d’urgence s’occupe de la situation. Les gens vivants près de la centrale N’ONT PAS à prendre de mesure de protection pour le moment», peut-on lire dans l’alerte.   

«Nous avons confirmé qu'il n'y a pas d'incident de sécurité et qu'il n'y a pas de danger pour le public. L'alerte a été envoyée par erreur», a cependant indiqué un porte-parole du ministre de l'Énergie, Sydney Stonier, à TVA Nouvelles.

  

Plusieurs élus de la région ont immédiatement demandé une enquête sur cet incident.

«Comme beaucoup d'entre vous, j'ai été très perturbé d'avoir reçu un message d'alerte ce matin», a ainsi commenté le maire de Pickering Dave Ryan sur Twitter.

«Même si je suis soulagé d'apprendre qu'il n'y avait aucune situation d'urgence, je suis contrarié de voir qu'une telle erreur a pu se produire», a-t-il ajouté. «J'exige qu'une enquête complète ait lieu», conclut le maire.

Le maire de Toronto, John Tory, a lui aussi réclamé une enquête, regrettant que de nombreux habitants de sa ville «aient été inquiétés inutilement par cette alerte».

Exploitée par Ontario Power Generation, la centrale nucléaire de Pickering est équipée de huit réacteurs nucléaires CANDU, dont six sont aujourd'hui en service. Sa construction a été amorcée dans les années 60, pour une entrée en service des premières unités en 1971.

La centrale électrique a une capacité de 3100 MW et fournit environ 14 % de l'électricité de l'Ontario. Elle doit poursuivre ses opérations jusqu'en 2024.