/news/politics

Manque d'appuis pour Jean Charest?

Raymond Filion | TVA Nouvelles

Jean Charest n'a pas assez d'appuis pour se lancer dans la course à la direction du Parti Conservateur du Canada (PCC), selon un sénateur et organisateur du parti. 

• À lire aussi: Jean Charest toujours visé par une enquête criminelle 

• À lire aussi: Richard Décarie dans la course pour battre Jean Charest 

• À lire aussi: «Jean Charest sait gagner des élections» 

• À lire aussi: Charest ne sera pas nécessairement exclu en raison de l'enquête de l'UPAC 

Leo Housakos dit être arrivé à cette conclusion après avoir consulté des collègues des quatre coins du pays. 

«Malheureusement pour Jean Charest, il n'a pas d'appuis suffisants pour - à mon avis - une candidature à la chefferie du parti conservateur», affirme le sénateur. 

M. Housakos ajoute que la possible candidature de Monsieur Charest crée un malaise au sein du parti. 

«C'est quelqu'un qui n'a pas été actif dans le mouvement conservateur depuis 20 ans», dit-il. 

Selon le sénateur, l'ex-premier ministre du Québec aura beaucoup de mal à convaincre la plupart des militants du parti, eux qui «ont vu M. Charest aller depuis 20 ans comme libéral au Québec». 

Jean Charest a dirigé le Parti progressiste-conservateur du Canada de 1993 à 1998. 

La formation a par la suite fusionné avec l'Alliance canadienne, donnant naissance au Parti conservateur d'aujourd'hui. 

Premier ministre libéral du Québec de 2003 à 2012, Jean Charest doit annoncer dans les prochains jours s'il se portera candidat pour succéder à Andrew Scheer. 

Le sénateur Jean-Guy Dagenais, qui a quitté le caucus conservateur après les dernières élections, a déclaré avant Noël qu'il souhaite voir Jean Charest se lancer dans la course à la direction, le qualifiant notamment de «rassembleur» et soulignant son bilinguisme.

Dans la même catégorie