/regional/saguenay

Payer plus de 10 000$ pour accoucher au Québec

Andréanne Larouche | TVA Nouvelles

Plutôt que de profiter des joies entourant l’arrivée d’un premier enfant, Jason Lapointe et sa conjointe, Laura Rago, vivent des moments angoissants. La vie du couple a pris une tournure inattendue lorsque Laura est tombée enceinte. 

Originaire de France, cette dernière vit actuellement au Canada grâce à un permis vacances-travail (PVT). Elle n'a pas encore sa citoyenneté canadienne.   

Le problème, c'est que le visa de la jeune femme ne lui donne pas accès à une couverture des soins par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ). 

Le couple doit donc assumer tous les frais reliés à l’accouchement, qui coûtera un minimum de 10 000 $. Le montant pourrait grimper si la mère doit subir une césarienne ou si des complications surviennent au cours de la grossesse ou de l’accouchement. 

«J’avais peur, j’étais paniquée», confie la future mère. «Mes trois premiers mois de grossesse, ça a été une grosse source de stress». 

«Même si c'est contre nos valeurs, on a presque envisagé l'avortement, parce qu'on n'avait pas de solution. On n’avait pas les moyens», ajoute celui qui sera bientôt père. 

Un accouchement en France n'est pas envisageable pour le couple qui craint d'être séparé ou encore que la mère et l’enfant ne puissent pas revenir rapidement au Canada après l’accouchement. 

Jason Lapointe a donc décidé de mettre sa maison en vente pour s'assurer d'avoir l'argent nécessaire pour payer l'accouchement.  

Des démarches ont aussi été entreprises dans l’espoir que Laura Rago obtienne sa citoyenneté canadienne par l’intermédiaire du parrainage. Or, le processus peut être long. 

«Ça peut prendre plusieurs semaines, plusieurs mois, jusqu’à un an même. Mais Laura est déjà à son quatrième mois de grossesse. Alors c’est comme une course contre la montre», explique Jason Lapointe. 

Mardi prochain, Jason et Laura rencontreront l’équipe de la députée de Roberval, Nancy Guillemette. Ils espèrent que cette dernière pourra les aider à faire avancer plus rapidement leurs démarches. 

Un représentant de l’organisme Portes ouvertes sur le Lac, qui accueille et accompagne les personnes immigrantes dans la région du Lac-Saint-Jean, participera aussi à cette rencontre.

Dans la même catégorie