/finance/homepage

Votre cote de crédit influence-t-elle votre financement hypothécaire?

Ghislain Larochelle - Le Journal de Montréal

Dans sa décision de vous accorder un prêt hypothécaire, la banque considère principalement quatre choses : vos revenus, votre historique d’emploi, vos ratios d’endettement et... votre cote de crédit.   

Cette cote permet de mesurer votre capacité à utiliser de façon responsable l’argent que l’on vous prête. Pour la banque, votre cote est donc un reflet du risque que vous représentez en tant qu’emprunteur.   

Chez Equifax et TransUnion, soit les deux principales institutions qui en font la mesure, votre cote de crédit peut avoir une valeur comprise entre 300 et 900.   

Plus vous vous approchez de 300, moins vous êtes un candidat de choix pour les banques. À l’inverse, plus vous vous approchez du 900, plus les banques seront enclines à vous prêter de l’argent.  

Vos options de financement   

Selon Benoît Angers-Ste-Marie, courtier hypothécaire chez Multi-Prêts, une cote de crédit supérieure à 680 permet d’avoir accès à diverses promotions de financement offertes par les banques. Ces promotions peuvent se refléter non seulement dans le taux d’intérêt, mais aussi dans toutes les autres modalités de l’emprunt.   

En dessous de 680, il demeure possible d’obtenir un prêt hypothécaire de la banque, mais sans avoir accès aux taux avantageux offerts en promotion. De plus, sous les 680, pour que votre dossier soit accepté, votre ratio d’endettement (vos dettes par rapport à vos revenus) doit être moins élevé que si vous dépassiez les 680.   

Et pour une cote de crédit sous 600, Benoît Angers-Ste-Marie affirme qu’il est très difficile d’obtenir un prêt hypothécaire traditionnel par le biais d’une banque. « Il faut opter pour un plan B ou un plan C », précise-t-il.   

Plans B et C  

Votre cote de crédit ne satisfait pas aux exigences de la banque ? Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut paniquer. D’autres options demeurent à votre disposition.    

Les banques sont strictes et respectent des normes, alors que d’autres types de prêteurs sont un peu plus permissifs. Ce peut être le cas de sociétés de fiducie, de coopératives de crédit, ou encore de prêteurs privés.   

Une autre option peut être d’opter pour la location-achat, qui permet de louer une propriété quelque temps (pendant une à trois années), avant d’en faire l’acquisition, lorsque votre crédit aura pris du mieux et qu’une banque acceptera de vous financer.   

Toutefois, ces options s’accompagneront inévitablement de taux d’intérêt plus élevés. C’est normal, puisqu’elles s’adressent à des candidats plus risqués. Ces plans B et C doivent donc être choisis de manière temporaire, le temps de remonter votre crédit.   

Mais n’attendez pas d’en arriver là pour prendre soin de votre dossier de crédit. Le meilleur moment pour le faire, c’est bien avant de faire des demandes de financement hypothécaire.   

Conseils    

- Faites des vérifications à votre dossier de crédit. Des études ont démontré que le quart des dossiers comportaient des erreurs.   

- Ne vous fiez pas à la cote de crédit que vous donne votre conseiller à la banque. Allez la chercher directement auprès d’Équifax ou TransUnion. La cote que vous y obtiendrez tiendra compte de vos historiques de crédit et de paiement (sept dernières années), de vos dettes actuelles, du type de crédit que vous utilisez et de vos demandes de crédit.   

- Contrairement à un mythe souvent véhiculé, vous n’affecterez pas votre dossier de crédit si vous faites vous-même la demande.     

► Ghislain Larochelle est un professionnel inscrit à l’Ordre des ingénieurs du Québec ainsi qu’à l’OACIQ.