/news/politics

Blanchet souhaite dépolitiser les projets de transport collectifs

Elsa Iskander | Agence QMI

ELSA ISKANDER/24 HEURES/AGENCE QMI

Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, souhaite dépolitiser les projets de transport collectifs, nombreux à Montréal, afin d’accélérer leur réalisation.

«Il ne faut pas que l’échéancier de décaissement des sommes nécessaires à la ligne bleue ou à la progression éventuelle de la ligne rose ou des autres projets de transport collectif soit attaché avec un échéancier électoral», a-t-il dit en mêlée de presse, après avoir été invité à l’hôtel de ville de Montréal pour s’entretenir avec la mairesse Valérie Plante, mardi.

Le gouvernement Trudeau réélu en octobre 2019 est minoritaire. Habituellement, les gouvernements minoritaires ont la vie courte. Or, «parce qu’on a un gouvernement minoritaire, tout est électoral», a soutenu M. Blanchet. «Ça serait dommage que le financement des projets soit lié à un échéancier électoral.»

En ce qui concerne les projets de transport pour la métropole, «il faut que ça aille plus vite, que ça soit mieux financé», a-t-il ajouté.

La semaine dernière, la ministre de l’Infrastructure du Canada, Catherine McKenna, de passage à Montréal, n’avait pas été en mesure d’avancer un échéancier précis pour les 1,3 milliard $ promis en juillet dernier par Justin Trudeau afin de prolonger la ligne bleue.

«Je doute qu’ils soient si disposés, dans le contexte actuel, à mettre des dates rapides sur les choses», a commenté le chef bloquiste en référence à la position minoritaire du gouvernement Trudeau.

Après une discussion «plus que cordiale» d’environ une heure avec la mairesse Plante, M. Blanchet allait faire un tour dans sa circonscription, Beloeil-Chambly. Mme Plante peut compter sur son soutien dans des dossiers comme le logement social, les armes à feu et le financement du transport, a-t-il assuré.

«Je n’ai aucune hostilité à l’endroit du projet de ligne rose. On a rarement vu quelqu'un être élu autant sur un dossier précis. Il y a une légitimité à la Ville de Montréal d’aller de l’avant avec ça», a mentionné l’élu fédéral.