/finance/homepage

Pas question de vendre les restaurants La Cage

Pierre-Olivier Zappa | TVA Nouvelles

Les affaires vont bien, très bien même, pour le Groupe Sportscene, qui tient son assemblée des actionnaires mardi.     

Si bien que des investisseurs se sont récemment manifestés pour acheter ses restaurants, dont la populaire chaîne de restaurants La Cage – Brasserie sportive.    

Dans un entretien à TVA Nouvelles, le pdg Jean Bédard confirme avoir récemment reçu des propositions «de façon indirecte, parce que tout le monde se parle dans cette industrie».    

Celui qui souffle ses 25 bougies à la tête de La Cage refuse catégoriquement d’imiter les St-Hubert et Tim Hortons.     

«Nous avons une équipe de direction superbe, un conseil d’administration extraordinaire qui m’appuie. On va faire notre plan d’affaires, puis on va le réaliser !»    

Il admet néanmoins qu’en restauration, la tendance est à la consolidation, citant en exemple les géants Recipe en Ontario et MTY au Québec.    

Repositionnement    

Le Groupe Sportscene récolte aujourd’hui les fruits de son repositionnement, amorcé par la direction il y a 5 ans.     

«On a mis beaucoup d’efforts sur la nourriture et la formation des chefs. On a épuré le décor. On a investi beaucoup dans la technologie. Il y a cinq ans, on vendait cinq sortes de bières, maintenant certains restaurants offrent 25 marques», soutient M. Bédard.    

En 2018, l’entreprise a également acquis le steakhouse montréalais Moishes et pris une participation dans les restaurants L’Avenue. Les ventes totales des établissements ont atteint 145,4 M$ millions $ en 2019, en hausse de 9,6% par rapport à 2018.    

«Avec ce niveau de revenus, le modèle financier fonctionne bien. On est en mesure de couvrir l’ensemble de nos coûts fixes et d’avoir une bonne rentabilité», estime Jean Bédard.    

Au cours des prochaines années, le Groupe Sportscene entend continuer sur sa lancée en diversifiant ses activités.     

«On dirait qu’on est plus dans la restauration, mais dans l’alimentation. Il faut que tu sois capable faire vivre ta marque de façon différente aux consommateurs», affirme M. Bédard.