/finance

Phénix continue de faire des ravages quatre ans plus tard

Émilie Bergeron | Agence QMI

Malgré les promesses, les ratées du système de paie Phénix continuent de plus belle: un nouveau sondage a révélé mardi que 74 % des fonctionnaires fédéraux ont été affligés dans la dernière année par ce fiasco.

Le nombre de travailleurs victimes des défaillances de Phénix a donc augmenté de 5 % de 2017 à 2019, au grand dam des syndicats de la fonction publique.

«On est dans une situation tout à fait aberrante», a pesté en entrevue Yvon Barrière, vice-président de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) pour la région du Québec.

Quatre ans après les premières ratées de Phénix, le représentant syndical dit être témoin de bien des cas de fonctionnaires excédés par le stress financier que leur causent les erreurs dans leur rémunération.

«On a des membres qui vont dans des banques alimentaires parce qu’ils n’ont pas de paie depuis [...] parfois six mois», a-t-il indiqué.

Le coup de sonde publié mardi a été mené par Ottawa auprès de ses quelque 290 000 fonctionnaires. Environ 62 % des employés de la fonction publique y ont répondu.

Une majorité (56 %) estime que le gouvernement n’a pas été en mesure de régler tous les problèmes qu’ils ont subis en 2019, qu'il s'agisse de sommes impayées ou de trop-perçus. C'est donc une légère baisse par rapport à 2018, où cette proportion atteignait 65 %.

Le vice-président de l’Institut de la fonction publique du Canada, Stéphane Aubry, déplore la lenteur avec laquelle le gouvernement fédéral agit. Les défaillances de Phénix se manifestent depuis son implantation, en février 2016.

«À la vitesse à laquelle ils procèdent en ce moment, ils en ont pour environ cinq à sept ans avant [...] d’avoir tout réglé», a-t-il dit en entrevue.

Le gouvernement de Justin Trudeau a promis, il y a près de deux ans, de mettre la hache dans Phénix après y avoir trouvé une solution de remplacement.

Le processus d’appel d’offres pour trouver un nouveau logiciel est toujours en cours. Le fédéral doit toutefois, dans un premier temps, corriger les erreurs de Phénix avant de pouvoir migrer vers un nouveau système.

Au bureau de la ministre responsable de l’épineux dossier, Anita Anand, on reconnaît qu’il reste beaucoup de travail à faire. Dans un courriel envoyé mardi, on fait toutefois valoir que le nombre de transactions de rémunération en attente a chuté de 39 % au bout de deux ans et que les cas les plus critiques, comme l’absence complète de paie, ont été traités pour la plupart.

«Cependant, les employés s’attendent à plus de progrès dans la stabilisation du système et la résolution des problèmes de paie - et nous sommes déterminés à le faire», a assuré Marielle Mossack, attachée de presse de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement.

Dans un rapport publié en mai, le directeur parlementaire du budget évaluait que les efforts de stabilisation coûteront au gouvernement fédéral 2,6 milliards $ sur cinq ans. Il chiffrait la facture de l’implantation d’un nouveau système à 57 millions $.

- Avec la collaboration de Sarah Daoust-Braun

Dans la même catégorie