/news/law

Un homme plaidant sa douance et son QI trop élevé écope de 6 mois

Kathleen Frenette | Journal de Québec

Un homme qui plaidait sa douance et son QI trop élevé «comparativement aux gens que l’on retrouve en détention» pour pouvoir éviter la prison a finalement écopé d’une peine de six mois d’emprisonnement pour conduite dangereuse et fuite.

Ces représentations, pour le moins surprenantes, ont été faites en janvier 2019 alors que Hedi Bassoussi se représentait seul.

L’homme était alors accusé d’avoir, à deux occasions, en juillet et août 2017, conduit un véhicule de façon dangereuse, d’avoir fui la police et de bris d’engagement.

Lors de ces deux évènements, ce sont d’abord des infractions au code de la sécurité routière qui ont attiré les policiers.

Dans le cadre des conduites dangereuses, il a parfois atteint des pointes de 110 km/h alors qu’il se trouvait dans des zones de 50, brûler des arrêts obligatoires et dépasser sur des lignes continue alors que des piétons, vélos et enfants circulaient sur les trottoirs.

Un an plus tard, en octobre 2018, alors qu’il avait été pris en chasse par un contrôleur routier qui l’avait reconnu, Bassoussi, se sachant sans permis, a été vu changer de place avec sa conjointe alors passagère, le tout alors qu’il roulait sur l’autoroute Henri IV!

À titre de facteurs aggravants, la procureure aux poursuites criminelles et pénales, Me Sarah-Julie Chicoine a souligné au juge Alain Morand qu’au moment des infractions, Bessoussi n’avait pas de permis de conduire, que son mépris pour la sécurité d’autrui était évident et elle a rappelé la proximité et la rapidité de la récidive.

Me Nicolas Dery qui représente maintenant l’accusé a quant à lui souligné que son client reconnaissait désormais «avoir mis la sécurité des autres en danger», qu’il regrettait ses gestes et qu’il désirait «apprendre à gérer son côté émotionnel».  

Le président du tribunal a entériné la suggestion commune faite par les procureurs et condamné l’homme à une peine d’incarcération de six mois ainsi qu’à 240 heures de travaux communautaires. 

Au sortir de prison, il sera interdit à Bassoussi de conduire tout véhicule à moteur, et ce, pour une période de trois ans.