/regional/estduquebec/gaspesie

Une coroner propose d'obliger la veste de flottaison

Gilles Turmel | TVA Nouvelles

La noyade d'un pêcheur survenue l'été dernier en Gaspésie aurait pu être évitée, juge une coroner qui propose d'obliger le port de la veste de flottaison sur les embarcations de plaisance afin de prévenir de tels drames.

Le corps de Roderick John Harrison avait été retrouvé le 9 août dans la rivière Cascapédia à New Richmond. Deux jours plus tôt, l'homme de 55 ans était parti à la pêche à bord d'une chaloupe à moteur.

Ne revenant pas comme prévu, ses proches ont signalé sa disparition aux autorités. Des recherches intensives ont alors été lancées sur l'eau et aussi sur les berges de la rivière Grande-Cascapédia.

Selon la coroner qui a enquêté sur les circonstances de sa mort, Roderick John Harrison n'avait pas de veste de flottaison. C'est pourquoi elle recommande à Transports Canada de rendre obligatoire le port de pareil équipement à bord de petites embarcations comme les chaloupes, les canots et les kayaks.

Elle incite aussi la Société de sauvetage du Québec à poursuivre ses efforts de sensibilisation auprès des adeptes d'activités nautiques.

«Les gens n'en portent pas, pas parce que c'est inconfortable, mais parce qu'ils n'ont pas l'impression qu'ils vont se retrouver par-dessus bord. Et, aussi, les gens surestiment leur capacité de savoir nager et c'est encore plus vrai lorsqu'on est en état de choc. C'est donc important d'avoir une veste de flottaison en tout temps», a soutenu le directeur général de la Société de sauvetage du Québec, Raynald Hawkins.

L'analyse du corps de Roderick John Harrison a aussi démontré que l'homme était en état d'ébriété avancé, avec un taux d'alcoolémie près de trois fois plus élevé que la limite légale permise de 0,08 gramme d'alcool par 100 millilitres de sang.

La coroner suggère d'accroître la prévention, voire la répression pour lutter contre la consommation d'alcool sur les plans d'eau.

«Nos observations nous démontrent que lorsque vous consommez un verre d'alcool à bord d'une embarcation, c'est comme si vous en aviez pris trois sur la terre ferme, à cause du clapotis des vagues et à cause de la déshydratation causée par le vent et le soleil», a souligné Raynald Hawkins.

Les statistiques démontrent également que de l'alcool a été consommé dans 40 % des cas de décès impliquant des plaisanciers.