/news/politics

Peter MacKay confirme qu'il est candidat à la direction du PCC

Émilie Bergeron

L’ex-ministre Peter MacKay a confirmé mercredi après-midi qu’il se porte candidat dans la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada (PCC).   

Il a annoncé la nouvelle sur le réseau social Twitter, en disant: «J'y vais! Restez à l'écoute».   

  

  

M. Mackay devrait lancer officiellement sa campagne la semaine prochaine en Nouvelle-Écosse, d’où il est originaire.   

La course à la succession d'Andrew Scheer a été officiellement lancée lundi et les aspirants-chefs ont jusqu'à la fin février pour manifester leur volonté d’y prendre part.   

 

Le bruit courait que M. MacKay avait l’intention de se porter candidat depuis la défaite électorale du PCC au scrutin d’octobre dernier. Il aurait même commencé à y songer sérieusement avant même le jour J de l’élection.   

Ministre des Affaires étrangères et de la Défense dans le gouvernement de Stephen Harper, M. MacKay avait auparavant mené les négociations ayant uni les progressistes-conservateurs à l’Alliance canadienne pour former l’actuel Parti conservateur.   

Le prochain chef du PCC sera choisi le 27 juin au cours d’un congrès à Toronto. L’ex-premier ministre du Québec Jean Charest devrait aussi être candidat pour briguer les suffrages des membres.   

On sait en outre que le Franco-Albertain et député de l’Ontario Pierre Poilièvre devrait annoncer sa candidature dans les prochains jours. L’élu ontarien Erin O’Toole, qui a fini troisième dans la précédente course à la direction du PCC, aurait aussi l’intention de se lancer.   

Règles d'éligibilité   

Les règles d’éligibilité pour les aspirants candidats sont plus strictes qu'en 2017. Ceux-ci doivent débourser une somme totale de 300 000 $, c'est-à-dire 200 000 $ en frais d'inscription et 100 000 $ de dépôt pour assurer la «bonne conduite».   

En 2017, les candidats devaient plutôt verser 100 000 $. Par ailleurs, ils devaient recueillir 300 signatures. Dans la présente course, ce sont plutôt 3000 signataires qui sont requis.   

- avec Raymond Filion, TVA Nouvelles