/news/law

Elle défend sa relation avec un meurtrier

TVA Nouvelles

La jeune femme qui entretient une relation amoureuse via Facebook avec un meurtrier tenait à donner sa version. Elle maintient qu'elle désire avoir un enfant avec Max Aubin, qui a tué son ex-copine de 62 coups de couteau.       

• À lire aussi: Un meurtrier conserve son téléphone en prison  

La jeune femme souffre d’un handicap intellectuel. Âgée de 23 ans, elle n’a qu’un secondaire 1 et vit de l'aide sociale.       

Quand elle avait 14 ans, un psychiatre a évalué son développement à celui d'une enfant de 6 ans.      

Lors du passage de TVA Nouvelles, Max Aubin tentait pour une énième fois de la rejoindre au téléphone.        

«Vous avez un appel à frais virés de... Sérieux, réponds, tabarnac, là! Tu gosses!», peut-on entendre sur le message.       

Elle attend ses multiples appels impatiemment, toute la journée. Elle dit l'avoir vu trois fois à l'extérieur de la prison et être tombée amoureuse avec lui.      

«Bien, je suis tombée en amour, genre... On s'est parlé, puis, je ne sais pas, il est venu me chercher», dit-elle.      

Questionnée sur le meurtre de son ex-conjointe, elle dit être troublée. «Bien, ça ne se pardonne pas, ce qu'il a fait. C'est sûr que c'est méchant et tout, mais...», ajoute-t-elle.      

Elle est bien déterminée à avoir un enfant de lui, dès qu'il entrera en pénitencier fédéral.      

Sa famille inquiète      

Sa soeur est une amie de Mylène Laliberté, tuée par 62 coups de couteau.      

«Ça m'atteint encore plus parce que je sais ce qu'il a fait. On essaie d'aider ma soeur, puis il n'y a rien à faire», explique-t-elle.      

Toute la famille a bien tenté de la dissuader de continuer la relation, mais il semble que, de la prison, l'individu ait réussi à l'isoler.      

«Quand elle ne répond pas, il essaie de la rappeler. "Tu fais quoi?" Il se sert des appels pour l'observer, l'espionner, savoir avec qui elle est, ce qu'elle fait», ajoute sa sœur.      

Or, son retard mental la rend justement très vulnérable. «Ce sont des personnes qui décodent beaucoup moins bien et qui peuvent poser des gestes qui manquent cruellement de bon sens», précise le psychiatre Hubert Van Gijseghem.      

Ses proches qui sont à bout de ressources et qui veulent la protéger d’elle-même ont entamé des procédures pour la placer sous curatelle publique.       

La Sûreté du Québec a ouvert une enquête criminelle pour savoir s’il y a eu harcèlement criminel depuis la prison. 

Dans la même catégorie