/regional/sherbrooke/estrie

Les motoneigistes cherchent désespérément de la neige en Estrie

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

À la mi-janvier, les pistes de motoneige sont toujours fermées en Estrie à cause du manque de neige. Ce retard entraîne des pertes économiques dans la région. 

Déjà que le couvert de neige était mince, la pluie reçue le week-end dernier n’a rien fait pour aider. N’eût été cette pluie, la bordée de 15 centimètres attendue au cours des prochaines heures aurait été suffisante pour lancer la saison. Mais dans les pistes de Sherbrooke, on voit la pierre au travers les quelques flocons qui se sont accumulés au sol. 

«Envoyez-moi 30 centimètres de neige collante et on ouvre les pistes!» a lancé mercredi le vice-président du Club de motoneige Harfang de l’Estrie, Marc Lachance. 

Plusieurs commerces, surtout dans le domaine de la restauration, commencent à avoir hâte que la saison commence. Tourisme Cantons-de-l’Est estime que l’industrie de la motoneige engendre des retombées estimées entre 30 millions $ et 35 millions $ par année dans la région. 

«Durant l’hiver, les motoneigistes sont une bonne partie de notre clientèle. À ce jour, c’est une saison désastreuse», a constaté le propriétaire de l’Auberge Ayer’s Cliff, Louis Charland. 

Le commerce prépare actuellement un «poker-run» à motoneige au début du mois de mars. «Avant, on aurait tenu l’activité en janvier sans problème, mais maintenant, on ne peut plus prendre de risque parce que c’est trop incertain», a indiqué Manon Rodrigue, directrice des opérations à l’Auberge Ayer’s Cliff. 

Pour les entreprises qui font la location de remorques, l’effet est complètement à l’inverse. Les motoneigistes sont nombreux à louer des remorques pour aller pratiquer leur activité dans d’autres régions du Québec.

Dans la même catégorie