/news/politics

Roberge modifie son projet de loi sur les commissions scolaires

Vincent Larin

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, modifie son projet de loi qui remplace les commissions scolaires par des centres de services afin que les parents ne soient pas majoritaires dans les conseils d’administration de ces nouveaux organismes.

Dans son projet de loi déposé l’automne dernier, les conseils d’administration de ces centres de services devaient être composés de huit parents, quatre représentants du personnel et quatre représentants de la communauté.

Or, avec un amendement déposé mercredi en commission parlementaire, le ministre Jean-François Roberge vient modifier cette répartition. Dorénavant les trois groupes seront égaux avec cinq représentants chacun, selon ce qu’il a indiqué.

Cette modification doit notamment permettre une meilleure représentativité de tous ces groupes, a précisé le ministre de l’Éducation.

«Lors des auditions, il y a des groupes qui ont dit n’être pas certains de la répartition et plusieurs ont demandé une équité entre les trois groupes donc l’amendement de ce matin va dans ce sens-là», a précisé l’ex-enseignant en point de presse à l’Assemblée nationale mercredi.

La Fédération québécoise des directions d’établissements d’enseignement, l’Association québécoise des cadres scolaires, l’Association des directions générales des commissions scolaires et même la Fédération des comités de parents appuyaient cette proposition, a fait valoir le ministre Jean-François Roberge.

«C’est un changement qui témoigne qu’on ne fait pas juste les entendre, mais on les écoute. Puis on regarde dans quelle mesure on est capable d’avoir les meilleurs conseils d’administration possible», a-t-il ajouté.

Dans la même catégorie