/news/society

«Je connais cette douleur-là», dit le fils du bourreau de Beaumont

TVA Nouvelles

Ayant subi les terribles sévices de son père, le «bourreau de Beaumont», pendant des années, Patrick Gosselin plaint le petit frère de la fillette martyre de Granby.   

«Ça me blesse, je connais cette douleur-là. Je n’aime pas voir d’autres enfants vivre ce que moi j’ai vécu», a-t-il confié à Jean-François Guérin dans une entrevue au Québec Matin.   

• À lire aussi: Le frère de la fillette martyre de Granby lui aussi maltraité  

• À lire aussi: Des cas troublants d'enfants maltraités racontés par un ex-intervenant  

Patrick Gosselin entrevoit la longue route qui attend le petit, lui qui la parcourt depuis plus de 20 ans déjà. «Je plains le jeune garçon qui a vécu ça. Il est pas sorti du bois, cet enfant-là», prévient-il.   

Celui qui a connu la maltraitance pendant près de 14 ans a finalement vu son bourreau condamné à 22 ans de prison en 1997. Malgré ce jugement, il continue à porter en lui des cicatrices indélébiles. «J’ai appris à faire une croix sur mon passé, même si c’est encore très douloureux et que j’y pense tous les jours», témoigne Patrick Gosselin.   

Aujourd’hui, l’homme voit des parallèles douloureux entre l’affaire Beaumont et celle de Granby. Dans les deux cas, le système n’a pas su empêcher des situations «inacceptables».   

Et dans les deux cas, la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) a été impliquée et a failli à sa tâche. «Il y a eu transfert d’intervenants, fermeture de dossier... On est tombés entre les craques». Patrick Gosselin rappelle qu’une poursuite de plusieurs millions contre la DPJ avait été intentée à la suite de toute son histoire, et qu’une entente avait finalement été conclue à l’amiable.    

N’empêche, il ne décolère pas que le système, plutôt qu’un individu, soit pointé du doigt. «Ça me met en colère. Quelqu’un qui fait une erreur dans son travail peut être poursuivi. Et là, on parle de la sécurité des enfants et il n’y a personne à blâmer...», dit-il, sans mâcher ses mots.   

Aujourd’hui intervenant jeunesse, Patrick Gosselin a su refaire sa vie et se réjouit de pouvoir redonner aux autres. Il en espère autant pour le petit frère de la fillette martyre de Granby.   

Dans la même catégorie