/news/culture

«L’une des figures les plus fortes du matriarcat québécois»

TVA Nouvelles

Denise Bombardier se rappelle avec émotion de la seule et unique «Maman Dion».   

Thérèse Tanguay Dion, de son vrai nom, est décédée vendredi matin à l’âge de 92 ans.    

• À lire aussi: Le Québec pleure le décès de Maman Dion  

• À lire aussi: Maman Dion s’éteint à 92 ans  

«C’est l’une des figures les plus fortes du matriarcat québécois», résume élégamment Denise Bombardier, chroniqueuse au Journal de Montréal, qui l’a côtoyée pendant près d’un an lors d’une tournée mondiale de Céline en 2008-2009.    

«Cette femme-là appartient à une époque du Québec qui est maintenant révolue. Elle a tout fait, et elle a tout fait seule. Elle avait toute la puissance des femmes de son époque», se souvient-elle.     

Denise Bombardier rappelle un épisode relié à la religion que Maman Dion lui a raconté. Après avoir eu de nombreux enfants, elle avait consulté un prêtre pour le questionner au sujet du contrôle des naissances. Ce dernier avait été très clair : elle devait «faire son devoir».    

«Elle était ressortie du presbytère et c’est cette journée là qu’elle a laissé tombé l’éducation morale du Québec de l’époque. Ça a été une étape très importante de sa vie», dit Mme Bombardier.   

La chroniqueuse la décrit comme une femme de caractère, représentante de toute une génération.  

  

Dans la même catégorie