/news/law

Neuf ans et demi de détention pour une série de vols à Sainte-Foy

Kathleen Frenette | Journal de Québec

La vague de vol qualifié survenu à Sainte-Foy à l’été 2017 a connu son dénouement, vendredi, lorsque l’instigateur principal de ces crimes crapuleux commis contre plusieurs octogénaires a plaidé coupable et écopé d’une peine de détention de neuf ans et demi. 

• À lire aussi: Vols qualifiés à Sainte-Foy: deux suspects arrêtés 

Alain Gosselin semblait penaud, vendredi, lorsqu’il a été amené en salle de Cour pour admettre sa culpabilité aux nombreuses accusations qui avaient été portées contre lui à la suite de son arrestation en août 2017. 

D’une voix monocorde, Gosselin a admis avoir perpétré, entre le 30 juillet et le 8 août 2017, cinq vols qualifiés à l’égard d’autant de victimes, d’avoir commis des voies de fait causant des lésions à des octogénaires en utilisant notamment un bâton de baseball et d’avoir séquestré l’une de ses victimes. 

«Je suis vraiment, sincèrement désolé... Même moi, j’en suis bouleversé. Auparavant, je n’avais jamais usé de violence, sauf pour me défendre. Je suis sincèrement désolé pour les victimes», a dit l’homme au juge Hubert Couture, avant que ce dernier ne prononce la sentence suggérée par le poursuivant et l’avocat de la défense, Me Didier Samson. 

Conséquences graves pour les victimes 

Une peine qui tient compte, selon le poursuivant, Me Simon-Pierre Lavoie, des «graves conséquences qui ont été subies par les victimes». 

«Certaines de ces personnes, qui sont des personnes âgées, ont vu leur qualité de vie être diminuée à la suite des agressions», a d’ailleurs précisé le poursuivant. 

De plus, les avocats ont précisé au Tribunal que Gosselin, qui possède de nombreux antécédents judiciaires, ne pourra obtenir de libération conditionnelle avant d’avoir purgé la moitié de sa peine. 

Rappelons que dans cette histoire, la complice de Gosselin, Julie Arsenault a écopé, l’été dernier, d’une peine de détention de 20 mois.

Dans la même catégorie