/news/currentevents

Son conjoint arrêté pour le meurtre

Frédérique Giguère et Jonathan Tremblay | Journal de Montréal

Le conjoint de la mère de six enfants assassinée dans la maison familiale de Mascouche au beau milieu de la nuit, hier, aurait tenté de camoufler son meurtre en une introduction par effraction qui a mal tourné.             

Capture TVA Nouvelles

Au terme d’un interrogatoire de plusieurs heures, les enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ) ont passé les menottes aux poignets de Benoit Cardinal, 33 ans, en toute fin de soirée hier. Il devrait comparaître aujourd’hui au palais de justice de Joliette pour répondre à des accusations de meurtre.        

Capture TVA Nouvelles

  

• À lire aussi: Le suspect venait d’être congédié par son employeur  

• À lire aussi: Les policiers obtiennent un mandat de perquisition  

• À lire aussi: L'identité de la victime de meurtre à Mascouche dévoilée  

Ce sont les policiers de Mascouche qui ont d’abord été appelés à se rendre dans une maison du chemin des Anglais, non loin du boulevard Raymond, vers 4 h du matin.              

Sur les lieux, ils y ont découvert le couple, qui présentait d’importantes blessures. Jaël Cantin, 33 ans, était dans un piètre état.              

La mère de famille a été conduite d’urgence à l’hôpital, où son décès a été constaté peu de temps après.             

La victime, Jaël Cantin, avait 33 ans.

Photo tirée de Facebook

La victime, Jaël Cantin, avait 33 ans.

Conjoint suspecté            

Cardinal a également été transporté vers un centre hospitalier afin de traiter des blessures moins graves. On n’a jamais craint pour sa vie.              

Après avoir reçu les soins nécessaires, l’homme a été pris en charge par les enquêteurs, qui avaient bien hâte de le questionner.        

Capture TVA Nouvelles

 

  Initialement, lorsque les policiers ont inspecté la maison, ils ont cru à une entrée par effraction qui aurait mal tourné.              

C’est même ce que le trentenaire aurait tenté de faire croire aux enquêteurs, selon ce qu’a appris Le Journal.              

Or, des éléments découverts au courant de la journée ont plutôt permis de suspecter le conjoint de la victime.             

Les proches interrogés par Le Journal hier étaient unanimes : il s’agissait d’une famille unie aux allures parfaites.             

« Ce sont des parents extraordinaires, des gens sans histoire, on essaie tous de comprendre », a confié Anne Loiselle, une grande amie de la famille.             

Le conjoint de Mme Cantin, Benoit Cardinal, a été arrêté hier soir par les policiers.

Photo tirée de Facebook

Le conjoint de Mme Cantin, Benoit Cardinal, a été arrêté hier soir par les policiers.

Une femme magnifique            

Jaël Cantin est dépeinte par ses amis comme une femme engagée, ouverte et magnifique. Elle travaillait comme éducatrice spécialisée pour la commission scolaire de Laval, qui n’a pas répondu à notre demande d’entrevue hier.             

Benoit Cardinal, un travailleur social de formation, a travaillé longtemps au Centre jeunesse de Laval.              

Les employés de l’endroit ont également eu accès à du soutien psychologique, a confirmé Vincent Forcier, directeur des communications au Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval (CISSS).             

Les six enfants du couple, âgés de 1 à 12 ans, étaient tous présents lors du drame hier matin.              

La résidence dans laquelle a eu lieu le drame, hier matin, sur le chemin des Anglais, à Mascouche.

Photo Jonathan Tremblay

La résidence dans laquelle a eu lieu le drame, hier matin, sur le chemin des Anglais, à Mascouche.

Il est possible qu’ils aient eu connaissance de l’horreur qui s’est déroulée dans la résidence, selon nos informations.              

Les jeunes ont d’ailleurs été la priorité des enquêteurs de la SQ, qui ont dû les interroger à propos de ce qui s’était produit chez eux au petit matin.             

Des chiens de soutien leur ont aussi tenu compagnie au cours de la journée.             

« C’est exceptionnel qu’il y ait six enfants à interroger. On doit prendre notre temps pour minimiser l’impact de ce qu’ils auraient pu voir ou entendre. Ça complexifie notre travail », a expliqué la sergente Éloïse Cossette.             

– Avec la collaboration d’Antoine Lacroix  

  

Pour demander de l’aide à SOS violence conjugale, composez le 1 800 363-9010  

Il s’agit du quatrième drame où un homme aurait tué sa conjointe à survenir depuis octobre dernier au Québec.

Dans la même catégorie