/news/law

Un prof de conduite aux mains baladeuses s’en va en prison

Claudia Berthiaume | Journal de Montréal

Un ex-moniteur de conduite a écopé vendredi de deux ans de pénitencier pour avoir agressé sexuellement une dizaine d’adolescentes à qui il a enseigné, dont une mère et sa fille, à environ 20 ans d’intervalle. 

« Ça fait longtemps que ça dure et vous êtes le seul responsable. J’espère que ces deux ans [de détention] vont servir à quelque chose », a insisté le juge Gilles Garneau, au palais de justice de Laval. 

« Je vais tout faire pour », a répondu l’accusé Yvon Boulet, juste avant d’être menotté par deux agents correctionnels. 

Avec sa valise 

L’homme de 73 ans semblait prêt à faire son entrée en détention vendredi, lui qui est arrivé à la cour avec une valise noire. 

En octobre dernier, il a plaidé coupable à 11 chefs d’agression sexuelle, d’attouchements, alors qu’il était en position d’autorité, et de menaces. 

Ses crimes se sont étalés sur une période de 35 ans, entre 1982 et 2017, dans les villes de Laval et Saint-Eustache. 

L’ex-instructeur de conduite profitait de moments où il était seul avec de jeunes apprenties de 16 à 18 ans pour se livrer à des attouchements. 

Le septuagénaire parlait également fréquemment de sexe dans la voiture avec la dizaine d’adolescentes qu’il a agressées. 

Menaces de mort 

Deux d’entre elles ont fait l’objet de gestes plus intrusifs. 

La première a été forcée d’avoir une relation sexuelle avec lui. La seconde a subi des attouchements aux parties génitales et à la poitrine et a été incitée à toucher son prof. 

Boulet a ensuite menacé de tuer cette dernière si jamais elle dévoilait la vérité. 

Elle a donc gardé le silence pendant plus de deux décennies, jusqu’à ce que sa propre fille soit victime du même agresseur. 

L’aîné n’était alors plus propriétaire d’écoles de conduite, mais il remplaçait une autre instructrice, temporairement. 

« Ça ne se pouvait pas, 20 ans après. La Terre a arrêté de tourner. C’était épouvantable. J’avais tout vérifié. J’aurais pu gagner à la loterie, ça aurait été la même affaire », a relaté la mère de famille au juge Garneau, l’automne dernier. 

La dame a porté plainte à la police de Laval en 2017 et plusieurs autres victimes se sont manifestées lorsque le dossier a été rendu public. 

« Grâce à vous, il y a eu plusieurs dénonciations, et M. Boulet a été arrêté. Vous devez vous accrocher à ça. Vous en avez sûrement sauvé plusieurs autres », a répondu le magistrat à la mère de famille, qui se sentait coupable de ne pas l’avoir dénoncé plus tôt. 

Vendredi, le juge Garneau a accepté la suggestion de sentence présentée par Me Marc-André Desnoyers, de la défense, et Me Jocelyne Rancourt, de la couronne. 

« Regrettable » 

Au terme de ses deux ans de détention au pénitencier spécialisé pour les délinquants sexuels de La Macaza, dans les Laurentides, Boulet purgera une probation de trois années supplémentaires. 

Durant cette période, il ne devra pas troubler l’ordre public et il lui sera interdit de contacter les victimes et leur famille. 

« Je ne sais pas comment m’excuser. C’est regrettable que ce soit arrivé », a dit l’accusé avant d’être envoyé derrière les barreaux. 

Dans la même catégorie