/finance

Cinq jours à Cuba pour les employés

Diane Tremblay | Le Journal de Montréal

Pour nourrir le sentiment d’appartenance au sein de l’entreprise et dire merci aux employés, les propriétaires de Meubles & Nous les ont invités à vivre un séjour de rêve sur les plages de Cuba d’où ils rentrent à peine.   

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, les employeurs n’ont pas le choix de se réinventer, selon Michel Tardif, président.  

Meubles & Nous a amené une vingtaine d’employés dans le Sud pour leur faire vivre une expérience inoubliable du 13 au 17 janvier dernier. Ils ont séjourné à l’hôtel Royalton, à Varadero.   

« Cette année, on voulait essayer quelque chose de nouveau. On a fermé nos deux magasins pendant cinq jours et on est parti en groupe à Cuba. On a fait des activités de renforcement d’équipe et on a eu du plaisir », a affirmé M. Tardif.   

Meubles & Nous est une chaîne québécoise de magasins de meubles implantés à Beauport et à Saint-Georges de Beauce. L’entreprise est dirigée par M. Tardif et son épouse, Karline Turcotte.  

D’après M. Tardif, cette expérience a permis aux employés de se connaître sous un nouveau jour et de tisser des liens.   

« On aime ça organiser des activités de groupe. On en fait trois ou quatre par année, mais celle-ci était plus majeure. L’objectif était d’apprendre à se connaître plus », a dit M. Tardif.  

Bénéfique pour les clients  

En développant l’esprit de famille, le dirigeant d’entreprise est convaincu que ce sera bénéfique pour les clients. « Je pense qu’on va en sortir plus grand », a-t-il ajouté.   

« Nous avons adoré l’expérience. On envisage de la répéter dans les années futures. Il y a des bonnes chances pour que ça devienne un classique annuel. »  

L’entreprise a assumé l’ensemble des coûts associés à ce voyage.   

« Je pense qu’il y a beaucoup plus de bénéfices que de coûts. Si notre personnel est heureux, il va être plus efficace et plus fidèle à l’entreprise. »   

La directrice des ventes, Esther Doyon, revient enchantée de son voyage.   

« Je dirais qu’il y a davantage de complicité qu’avant. On a découvert des collègues qui sont très drôles. On a eu beaucoup de plaisir ensemble. On a eu de belles conversations sur le plan personnel. Cela nous a permis de mieux nous connaître », a conclu Mme Doyon.