/regional/estduquebec/basstlaurent

«Surtout, surtout, écoutez votre petite voix»

TVA Nouvelles

Un témoignage poignant sur fond sobre. Claire, ancienne utilisatrice de La Débrouille, raconte ce qui lui est arrivé. «Les mensonges, la manipulation... » 

Pour souligner son 35e anniversaire, la maison d’hébergement pour femmes située à Rimouski a lancé la campagne « C’est possible de vivre sans violence» pour sensibiliser, une fois de plus, à la violence faite aux femmes. 

Dans la vidéo, Claire raconte pourquoi elle est restée si longtemps dans une relation toxique. «J'avais honte d'être avec un homme comme ça...»

Et surtout, elle raconte le rôle incroyable que la maison d’hébergement a joué dans sa vie. «Les femmes qui sont là, ce sont des anges. Ils te prennent, ils te transportent doucement, délicatement, mais c’est toi qui choisis ce que t’as à faire». 

Depuis sa fondation, 4000 personnes ont trouvé refuge à La Débrouille. Et les besoins sont plus criants que jamais au Québec, alors qu’une femme est assassinée par son conjoint ou son ex-conjoint chaque mois.

«Parmi les victimes de violence conjugale, 30% ont moins de 25 ans, donc il y a vraiment du travail de prévention à faire auprès des jeunes, dans les écoles», estime Marie Beauchesne, coordinatrice et co-gestionnaire de La Débrouille. 

Elle rappelle que dans 80% des cas, ce n’est pas la violence physique qui est en cause. Et, chiffre troublant, qu’une femme sur cinq sera victime de violence conjugale au cours de sa vie. 

Claire y va d’un conseil pour celles qui vivraient une situation de violence dans leur couple. «Le message que je voudrais livrer aux femmes, c’est surtout, surtout, d’écouter leur petite voix. De ne pas attendre que les enfants soient plus vieux.»

La Débrouille reçoit 800 000 dollars en subvention du gouvernement provincial, mais aurait besoin de plus d’un million de dollars pour répondre à la demande. Par le biais de cette campagne, elle espère amasser 100 000 dollars en dons.

Vous êtes victime de violence conjugale ou connaissez quelqu’un qui l’est? N’hésitez pas à contacter le SOS violence conjugale, au 1 800 363-9010

Dans la même catégorie