/regional/sherbrooke

Crise du recyclage en vue

TVA Nouvelles

«On voit toutes sortes de cochonneries qui ne vont pas dans le recyclage», témoigne un employé d’Environnement routier NRJ, en charge de la collecte. 

Depuis son camion, il est à même de constater que les contenus des bacs de recyclage des Sherbrookois laissent à désirer. 

Le problème est d’autant plus important que les pays d'Asie refusent de plus en plus les matières recyclées mal triées provenant des pays développés.

La Malaisie, par exemple, vient de retourner 150 conteneurs de déchets plastiques illégaux vers leur pays d'origine, dont 11 au Canada. En Inde, c'est le papier qui est aussi boudé. La matière est trop contaminée.

Plusieurs intervenants s'entendent pour dire que la source du problème est que toutes sortes de matières non recyclables se retrouvent dans le bac. 

On y retrouve parfois papier, carton, plastique, aluminium, mais aussi souvent des matières compostables et du bois, quand ce n’est pas carrément des déchets. 

Cette situation force les centres de tri à acheter de nouveaux équipements. Récup Estrie vient d'investir 2,7 millions de dollars dans l'achat de deux trieuses optiques.

Pierre Avard, président de Récup Estrie, espère atteindre la cible de moins de 5 % de matières contaminées grâce à cet achat. «C'est ce que les papetières demandent pour pouvoir prendre notre matériel», précise-t-il.

D’ici là, il rappelle que la meilleure façon de combattre la contamination des matières demeure un tri efficace à la source. 

Dans la même catégorie