/news/currentevents

Deux amis assassinés en cinq mois à Lachute

Jonathan Tremblay | Journal de Montréal

FD-MEURTRE-LACHUTE

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Les proches du jeune homme qui a été tué sous les yeux de son père, lundi matin dans les Laurentides, s’expliquent mal le motif de ce meurtre, qui n’est pas sans rappeler celui d’un ami de la victime, survenu il y a cinq mois.   

• À lire aussi: Un homme de 20 ans assassiné, son père blessé à Lachute  

• À lire aussi: Accusé d’un meurtre à son retour de voyage  

« Je suis sous le choc. Peut-être qu’il devait un peu d’argent, mais rien pour lui coûter la vie », souffle Megan Boudreau-Boyer, 18 ans, sœur cadette de Tristan Boyer.   

Ce jeune homme de 20 ans se trouvait avec son père dans son appartement situé sur la rue Lafleur, à Lachute, lundi matin.    

Vers 4 h, au moins un individu y serait entré par effraction, indique la Sûreté du Québec (SQ).   

La victime, qui semble avoir été ciblée, a été battue à mort devant son père. Ce dernier a subi des blessures mineures.   

Le corps inerte de son fils aurait rapidement été découvert par un voisin sur le plancher de la cuisine, a-t-on appris. Il aurait par la suite alerté la police.   

Tristan Boyer, 20 ans, a été tué lundi matin, à Lachute, sur la Rive-Nord.

Photo tirée de Facebook

Tristan Boyer, 20 ans, a été tué lundi matin, à Lachute, sur la Rive-Nord.

Règlement de comptes ?   

Ce meurtre aux allures de règlement de comptes ressemble à celui du jeune homme de 18 ans. Il a connu le même sort en septembre, à Lachute également.   

D’ailleurs, les deux jeunes hommes étaient de « très bons amis », selon leurs proches.   

« Je pense que ça peut être relié. Oui, les deux vendaient [de la drogue], mais ce n’était pas du même calibre », explique leur ancien colocataire Guillaume Malette.   

« Mon frère [Tristan] n’avait pas un gros revenu. Il essayait de survivre dans ce monde-là. Il ne se prenait pas pour un gangster, explique Vincent Boyer, 22 ans. Il n’a pas couru après. Il aidait tout le monde. »   

« C’était un gars souriant, charmant, toujours drôle. Il jouait aux jeux vidéo et s’occupait de sa copine », ajoute sa sœur Megan, qui a grandi avec lui en foyer d’accueil.   

Autre agression peu avant   

Une violente agression sur un homme dans la quarantaine est par ailleurs survenue à peu près 30 minutes plus tôt, lundi, à environ 3 km du lieu du meurtre.   

La SQ n’écarte pas la possibilité de relier ces crimes. Elle se faisait toutefois avare de commentaires, mardi, pour des raisons d’enquête. Aucun suspect n’avait encore été appréhendé dans ce dossier. 

Dans la même catégorie