/news/society

Dysfonction érectile: il veut que la RAMQ défraie ses médicaments

TVA Nouvelles

Souffrant d’un cancer de la prostate, Claude Boivin n’a eu d’autres choix que de se faire opérer en 2015. Depuis, l’homme souffre de dysfonction érectile, effets secondaires communs suivant l’ablation de la prostate.  

Ainsi, M. Boivin doit prendre des médicaments pour que la circulation de son sang se fasse de façon continue. Il doit en prendre un autre s’il souhaite avoir des érections et des relations sexuelles.  

Mais cette médication lui coûte une somme faramineuse d’environ 350$ par mois, dit-il. Somme que la Régie de l’assurance médicaments du Québec (RAMQ) et les assureurs privés ne remboursent pas.  

Âgé de 54 ans, le résident de La Prairie a déposé le 10 janvier une pétition à l’Assemblée nationale pour que soient retirés de la liste d’exclusions les médicaments prescrits pour le traitement de la dysfonction érectile.  

Par ailleurs, Claude Boivin s’explique mal le fait que les frais pour une reconstruction mammaire pour une femme ayant eu une mastectomie soient couverts par la RAMQ, alors que la finalité visée est sensiblement la même, selon lui.  

 «Je trouve, à ce niveau-là, que c’est comparable, dit-il. On parle d’une femme qui veut retrouver sa féminité et d’un autre côté, d’un homme qui veut retrouver sa virilité.»  

Claude Boivin concède que ses comparaisons peuvent être «boiteuses», mais il est d’avis que la situation est tout de même similaire.  

Selon lui, les explications de la Régie en ce qui concerne les médicaments exceptions sont «très arbritaires».  

«Il y a un paragraphe où on dit... les médicaments qui sont prescrits pour des raisons esthétiques, les médicaments qui sont prescrits pour soigner la calvitie et les médicaments pour la dysfonction érectile, énumère-t-il. La dysfonction érectile est sur la même tablette que le botox. Je trouve ça un peu insultant.»  

Écoutez l’intégralité de l’entrevue de Claude Boivin à Denis Lévesque ci-dessus