/news/society

La météo extrême cause encore des dommages élevés

Emmanuel Martinez

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Signe que les changements climatiques coûtent cher, l’année 2019 se classe au septième rang de tous les temps pour la valeur des dommages assurés liés à des événements météorologiques extrêmes au Canada.

Les coûts se sont élevés à 1,33 milliard $ l'an dernier, a affirmé mardi le Bureau de l’assurance du Canada d’après les données de Catastrophe Indices and Quantification. Le Québec a été particulièrement touché, puisque 540 millions $ en indemnités ont été versés par les assureurs, soit près de la moitié du total au pays. C’est une hausse de 390 % par rapport à 2018 pour la province.

Comme en 2018, aucun événement en particulier n’est responsable de cette facture salée au Canada en 2019. Les pertes subies l’an dernier sont le résultat de plusieurs phénomènes météorologiques violents vécus d’un océan à l’autre qui ont endommagé des maisons, des véhicules et des propriétés commerciales.

La tempête d’octobre dernier survenue à l’Halloween dans l’Est du Canada est celle qui a coûté le plus cher, puisque les sinistres ont été évalués à 250 millions $, dont 189 millions $ au Québec. Les inondations d’avril et mai dernier au Québec et au Nouveau-Brunswick arrivent au deuxième rang à 208 millions $, suivi de tempêtes de grêle de 181 millions $ dans l’Ouest durant l’été. Les restes de l’ouragan Dorian, qui a ravagé les Bahamas et d’autres pays des Antilles, ont engendré des pertes de 105 millions $ en Atlantique en septembre dernier. Au Québec, les conséquences de diverses tempêtes et inondations survenues de janvier à mars 2019 ont coûté 165 millions $ aux assureurs.

Une décennie catastrophique

La dernière décennie a été marquée par les coûts élevés engendrés par les événements météorologiques extrêmes au pays. Huit des dix dernières années se trouvent au sommet en ce qui concerne la valeur des sinistres enregistrés, selon le Bureau de l’assurance du Canada (BAC).

Avec les immenses incendies de forêt en Alberta, l’année 2016 vient en tête de liste avec des coûts de 5,26 milliards $, suivi par 2013, marquée par les inondations en Alberta et dans la région de Toronto, avec des sinistres s’élevant à 3,4 milliards $.

«Le coût des changements climatiques pour les Canadiens, leurs entreprises et leurs gouvernements continue d'augmenter. Le BAC encourage tous les ordres de gouvernement à travailler ensemble pour réduire notre risque climatique collectif, en commençant par un plan d'action national pour faire face aux inondations», a affirmé Craig Stewart, vice-président, Affaires fédérales, au BAC.

L’année 1998, avec la grande tempête de verglas du Québec, vient au troisième rang des dix années les plus coûteuses de l’histoire au pays avec une somme de 2,49 milliards $. Une seule autre année ne faisant pas partie de la dernière décennie se trouve dans ce palmarès. Il s’agit de 2005 qui vient au huitième rang avec des dommages de près de 1,3 milliard $, en raison notamment d’une tempête de pluie en Ontario.

Principaux événements météorologiques ayant causé des dommages assurés en 2019

1 – Tempête dans l’Est du Canada (octobre): 250 millions $

2 – Inondations au Québec et Nouveau-Brunswick (avril et mai): 208 millions $

3 – Tempêtes de grêle dans l’Ouest (juillet et août): 181 millions $

4 – Deux tempêtes hivernales dans la région de Toronto et l’Est du Canada (mi-mars): 114 millions $

5 – Ouragan Dorian dans l’Est du Canada (septembre): 105 millions $

6 – Tempête hivernale en Ontario (3 et 4 février): 70 millions $

7 – Tempête hivernale dans le sud de l’Ontario (24 et 25 février): 48 millions $

8 – Tempête hivernale dans l’Est du Canada (24 et 25 janvier): 40 millions $