/finance

La multinationale Masonite ferme les portes de son usine de Lévis

Pierre-Paul Biron | Journal de Québec

L’usine Masonite de Saint-Romuald fermera définitivement ses portes d’ici la fin de l’été prochain. Une soixantaine d’employés perdront leur emploi alors que la production de portes usinées déménagera aux États-Unis et dans l’Ouest canadien. 

Le siège social de l’entreprise, situé à Tampa en Floride a confirmé la nouvelle en après-midi au Journal. Autrefois nommée Portes Celco, l’usine fondée en 1985 avait initialement été vendue à l’entreprise Premdor en 1997 avant une fusion avec la multinationale américaine. 

Selon le syndicat, les employés ont été avisés de la nouvelle la semaine dernière. L’annonce a d’ailleurs provoqué une onde de choc chez les travailleurs. 

«Les gens sont sous le choc, littéralement. Personne ne s’y attendait», confie Ann Gingras, présidente du Conseil central Québec-Chaudière-Appalaches de la CSN. 

Usine rentable selon la CSN 

La surprise a été d’autant plus grande que l’usine n’avait aucun problème de rentabilité, selon Mme Gingras. Les performances étaient au rendez-vous et rien n’annonçait le transfert de la production des portes d’acier vers une usine des États-Unis et celle des portes en fibre de verre en Colombie-Britannique. 

«On nous a dit qu’ils voulaient optimiser leur réseau d’usine. En gros, ce que ça veut dire, c’est qu’ils faisaient de l’argent, mais qu’ils veulent en faire encore plus. C’est une triste nouvelle pour les travailleurs et pour l’économie régionale», déplore la CSN.