/news/politics

Plus de 30% d’Autochtones dans les prisons fédérales

Agence QMI

La proportion d’Autochtones dans les prisons fédérales dépasse maintenant 30 % malgré l’engagement du gouvernement fédéral de freiner leur surreprésentation.

«Il est inacceptable que les Autochtones du pays connaissent des taux d’incarcération de six à sept fois supérieurs à la moyenne nationale», a déclaré mardi l’enquêteur correctionnel du Canada, Ivan Zinger, par communiqué.

Chez les femmes, le taux d'autochtones dans la population carcérale atteint un sommet «encore plus troublant» à 42%, a-t-il déploré.

Il y a quatre ans, l’enquêteur correctionnel s’inquiétait déjà du fait que les Autochtones représentaient 25 % des détenus des pénitenciers fédéraux. Ils ne constituent pourtant que 5 % de l’ensemble de la population canadienne.

Pendant que le nombre de détenus autochtones continue d’augmenter dans les prisons fédérales, celui des non-Autochtones baisse. Depuis avril 2010, la représentation du premier groupe a bondi de 43,4 % et celle du second a chuté de 13,7 %.

M. Zinger a par ailleurs souligné que la surreprésentation des Autochtones est un problème connu depuis une trentaine d'années. Il se désole que la situation continue de s’aggraver malgré les promesses des gouvernements successifs d’endiguer le problème.

«L’indigénisation de la population carcérale du Canada n’est rien de moins qu’une parodie nationale», a pesté l’enquêteur correctionnel.

Il presse Ottawa d’apporter des changements «radicaux» à son système correctionnel.

Il estime que les efforts devraient être mis dans la réduction du nombre de retour à la détention de délinquants autochtones et un meilleur respect des dates d’admissibilité à la libération conditionnelle.

Le ministre de la Sécurité publique Bill Blair s’est dit «très préoccupé» par les constats de l’enquêteur correctionnel et a reconnu qu’il y avait urgence d’agir.

«Il y a des choses que nous pouvons et que nous devons faire dans le système correctionnel pour fournir de meilleurs services, pour réduire le récidivisme et explorer des processus de justice alternatifs», a-t-il dit en marge de la réunion du conseil des ministres à Winnipeg, au Manitoba.

La problématique illustre aussi, selon lui, le besoin de s’attaquer à des enjeux connexes, comme la relation souvent difficile entre des corps de police et des communautés autochtones.