/news/politics

«On ne pourra jamais accepter tous les réfugiés de la terre au Québec», dit François Legault

Vincent Larin | Agence QMI

Le premier ministre, François Legault, s’est porté à la défense de son ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, après les ratés du programme de parrainage de réfugiés dont il a rejeté la faute sur l’ancien gouvernement libéral.       

• À lire aussi: Le dépôt des candidatures par messagers doit être revu, admet Jolin-Barrette  

• À lire aussi: Longue attente et déception pour d’aspirants parrains   

«Ce que [le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette] a fait, c’est qu’il a reconduit la méthode des libéraux, mais on va changer ça, comme on est en train de changer la plupart des programmes des libéraux qui ne fonctionnaient pas », a-t-il déclaré lors de son premier point de presse de l’année à l’Assemblée nationale mardi. 

«Simon Jolin-Barrette c’est un des meilleurs ministres, un des jeunes le plus prometteurs en politique. Il travaille beaucoup d’heures par semaine, mais il y a tellement de choses à corriger », a-t-il ajouté en refusant de prendre le blâme pour la cohue survenue dans les bureaux du ministère de l’Immigration, à Montréal, lundi. 

C’est la deuxième fois en quelques mois que Simon Jolin-Barrette doit faire marche arrière dans des dossiers d’immigration. En novembre dernier, il s’était excusé auprès des Québécois pour la réforme ratée du Programme de l’expérience québécoise. 

Pas plus d’immigrants 

Par ailleurs, Québec n’a pas l’intention de rehausser le nombre de réfugiés qu’accueille la province par le biais de son programme de parrainage malgré une demande telle que des aspirants parrains ont fait la file toute la fin de semaine pour pouvoir déposer leurs dossiers. 

Selon le premier ministre, la province fait face à deux problèmes concernant l’intégration de ses réfugiés. D’abord, la moitié d’entre eux ne parlent pas français à leur arrivée au Québec, puis leur taux de chômage est deux fois plus élevé que celui du reste de la population, a expliqué François Legault mardi. 

«On pense qu’il y a un défi d’intégration. [...] On veut offrir plus de cours de français, on veut mieux intégrer, mais on ne pourra jamais accepter tous les réfugiés de la planète», a-t-il indiqué. 

Après avoir été interrompu pendant un an et demi, le programme de parrainage collectif de réfugiés a été rouvert dans la cohue lundi. Pour être certains que leur demande soit traitée par les fonctionnaires, des aspirants parrains ont dormi toute la fin de semaine dans les bureaux du ministère québécois de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI) à Montréal. 

Une formule du «premier arrivé, premier servi» avait été retenue. Seules les 750 premières demandes vont donc être traitées, dont seulement 100 provenant de particuliers. 

Par ailleurs, le ministère exigeait que les dossiers soient remis en main propre par des «messagers» et non pas par les potentiels parrains, un service dont le coût peut s’élever entre 500 et 1000 $, selon plusieurs témoins rencontrés sur place durant la fin de semaine. 

Le MIFI a ouvert une enquête à propos de potentiels pots-de-vin versés à des messagers chargés du dépôt des candidatures, a d’ailleurs confirmé le ministre Simon Jolin-Barrette, mardi. 

«On prend les dénonciations très au sérieux et le MIFI fait enquête et va contacter les gens. [...] S’il y a eu des gestes illégaux, le ministère va prendre les approches nécessaires», a-t-il précisé.

Dans la même catégorie