/news/politics

Québec accusé de détourner des millions destinés aux étudiants

Agence QMI

Le gouvernement du Québec est accusé par deux importantes associations étudiantes d’avoir détourné près de 200 millions $ de transferts fédéraux auxquels ses membres auraient eu droit. 

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et l'Union étudiante du Québec (UEQ) demandent au ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, que la totalité des transferts fédéraux destinée à la communauté étudiante lui soit retournée par le biais de l'aide financière aux études. 

Ce montant représenterait une somme de 197 millions $ en 2020, selon la FECQ et l’UEQ. 

Cette situation s’explique par l’abolition de deux crédits d’impôts fédéraux pour créer un programme de prêts et bourses en 2016. Comme les étudiants québécois ne sont pas admissibles à ce programme, le gouvernement provincial a plutôt reçu un transfert en argent, soit une somme d’environ 277 millions $, selon la FECQ et l’UEQ. 

En 2017, à la demande des associations étudiantes, Québec a ainsi investi 80 millions $ en aide financière aux études chaque année, mais la balance aurait été retenue, affirment-elles. 

Les deux associations étudiantes ont lancé mardi une campagne intitulée «Où est notre argent» dans le but de convaincre le ministre Jean-François Roberge de redonner «son dû à la communauté étudiante». 

«Les ressources financières sont la principale barrière à l'accessibilité aux études supérieures. Il serait inacceptable que le ministre Roberge et le gouvernement de la CAQ gonflent ses surplus budgétaires en privant la population étudiante des sommes qui leur sont dues», a indiqué le président de l’UEQ, Philippe LeBel. 

«On se souvient que Jean-François Roberge disait dans l'opposition que les transferts du fédéral devaient aller en prêts et bourses. Aujourd'hui, étant ministre, il doit s'engager à retourner les 197 millions $ d'où ils viennent: dans la poche des étudiants et des étudiantes», a ajouté son homologue de la FECQ, Philippe Clément. 

La FECQ représente près de 78 000 membres provenant de 27 cégeps répartis sur tout le territoire québécois. L’UEQ compte quant à elle 88 000 membres universitaires à travers la province.