/news/law

Un détenu décède au palais de justice de Trois-Rivières

Charel Traversy | TVA Nouvelles

Un détenu est décédé mardi midi des suites d'un arrêt cardiorespiratoire alors qu'il se trouvait dans le quartier de détention du palais de justice de Trois-Rivières. 

• À lire aussi: Un détenu de Trois-Rivières meurt après un transport en fourgon cellulaire 

Selon des informations obtenues par TVA Nouvelles, des agents des services correctionnels auraient tenté de réanimer Maxime Drouin, un homme de 41 ans, à l’aide d’un défibrillateur. Or, les agents auraient perdu du temps en raison d'une défectuosité de l'appareil qui les a obligés à aller chercher un autre défibrillateur. 

Maxime Drouin venait de se faire arrêter par les policiers. L’homme a plusieurs bris d’engagement à son actif et fait déjà face à des accusations de possession de méthamphétamine et d’entrave. 

Plusieurs personnes avaient remarqué que l'homme avait le teint pâle et n’allait pas très bien lorsqu’il s’est présenté devant le tribunal, ont indiqué des sources à TVA Nouvelles. 

En avant-midi, l’avocate de Maxime Drouin, Me Mélanie Bédard, a obtenu l’accord du juge pour que son client soit évalué à l’hôpital pour déterminer son aptitude à comparaître. C’est lorsque le détenu est retourné dans sa cellule au sous-sol du palais de justice qu’il aurait eu un malaise. L’équipe d’enquêteurs des Crimes majeurs de la Sûreté du Québec tente d’élucider les circonstances entourant la mort du détenu. 

Un deuxième décès en quelques mois 

En août dernier, un détenu est mort après sa comparution au palais de justice de Shawinigan. Gilles Cassivi est décédé en sortant du fourgon qui l'a ramené à la prison de Trois-Rivières. 

Lors de sa comparution, l’homme de 64 ans avait mentionné qu’il «se sentait essoufflé». Son avocate Me Karine Bussière avait demandé au tribunal qu’il soit transporté à l’hôpital. 

Selon des sources, le responsable du transport à la détention n’aurait pas amené le détenu au centre hospitalier par manque de personnel. Des enquêtes du coroner et du ministère de la Sécurité publique sont en cours pour faire la lumière sur cette histoire.