/news/society

Une prise de sang pour prédire des complications

TVA Nouvelles

Une prise de sang permet aux équipes médicales du CHUM d’identifier si un patient est à risque d’avoir des problèmes cardiaques pendant ou après une chirurgie. 

«Un tube qui est envoyé au laboratoire. À peu près une ou deux heures plus tard, on va avoir le résultat», explique la Dre Emmanuelle Duceppe, spécialiste en médecine interne. 

Cette nouvelle façon de faire était auparavant utilisée uniquement par les urgentologues et les cardiologues, pour prédire les problèmes cardiaques. Les spécialistes en médecine interne du CHUM espèrent diminuer les délais.

La Dre Duceppe a participé à une étude internationale avec l'Université McMaster à Hamilton, en Ontario. Plus de 10 000 patients de 45 ans et plus dans 9 pays ont eu une prise de sang avant leur intervention. Les résultats démontrent que le test est fiable. 

Si les indices recherchés lors de la prise de sang sont élevés, les médecins vont se poser plusieurs questions.

«Qu'est-ce qui cause le niveau élevé? Ça peut être parce que la pression est trop haute. Ça peut être parce qu'il y a des problèmes de rythme du coeur, ou parfois, ça peut être parce que le patient à des blocages dans ses artères du cœur», poursuit la spécialiste en médecine interne.

À ce moment, il y aura des examens plus poussés. 

Chaque opération comporte des risques. C’est donc ce que les médecins tentent de prédire.

«C'est 1 patient sur 60 qui subit une chirurgie majeure qui va décéder en 30 jours de complications de sa chirurgie. Et les complications cardiaques, c'est une des causes principales», précise la Dre Duceppe.

Annuellement, au CHUM, 10 000 patients devraient profiter de cette nouvelle mesure, qui est utilisée dans seulement quelques hôpitaux au Québec. 

Le prélèvement ne coûte qu’une dizaine de dollars.