/news/currentevents

La motoneige, une activité sécuritaire pour les touristes

TVA Nouvelles

Bien que les touristes internationaux possèdent peu d’expérience avec la motoneige, les excursions organisées seraient sécuritaires, assurent les gens de l’industrie.   

Comme aucune norme n’est établie pour encadrer les excursions de motoneige, la majorité des tour-opérateurs adoptent des règles similaires.     

• À lire aussi: Un motoneigiste perd la vie, cinq sont disparus 

• À lire aussi: Excursion de motoneige mortelle au Lac-Saint-Jean: «Ils n’étaient pas supposés être là» 

• À lire aussi: «Il faut retrouver les disparus le plus vite possible» 

«Chaque tour-opérateur décide de ses propres règles par rapport à la sécurité, mais c’est sûr qu’ils ont vraiment à cœur de faire vivre une expérience touristique de haut niveau à ces gens-là», explique la directrice des opérations de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec, Marilou Perreault.  

Un ancien guide de motoneige, Steve Gaudrault, soutient que cette absence de normes n’est pas déraisonnable. «J’ai déjà guidé des groupes aussi grands, seul, mais dans des sentiers balisés et de jour le plus possible. Donc on diminue les risques», a-t-il affirmé en entrevue à TVA Nouvelles.   

 

D’autres mesures de sécurité 

Selon Mme Perreault, plusieurs tour-opérateurs choisissent de verrouiller la limite de vitesse des motoneiges utilisées par les touristes.  

«Ils vont aussi s’assurer de faire des arrêts pour demander aux touristes comment ils se sentent par rapport à la conduite de leur motoneige. Les guides vont placer les gens de façon stratégique dans la file de motoneiges. Donc habituellement, c’est toujours fait de façon très sécuritaire», indique-t-elle.  

L’ancien guide, Steve Gaudrault, pour sa part explique que «normalement avec des touristes européens, on essaie autant que possible de faire des randonnées plus faciles sur des sentiers balisés, sécuritaires et à basse vitesse pour qu’il n’arrive aucun accident». 

Chaque année, environ 30 000 touristes viennent au Québec pour pratiquer des excursions hivernales, dont la motoneige. 

Drame au Lac-Saint-Jean 

Un motoneigiste a perdu la vie et cinq autres sont disparus, mardi soir, dans un secteur non balisé de Saint-Henri-de-Taillon, au Lac-Saint-Jean.   

Pour une raison toujours inconnue, le groupe de neuf motoneigistes s’est retrouvé sur une étendue glacée, à 2,4 km des sentiers balisés, lorsque la glace a cédé. Le guide a été secouru, mais son décès a été constaté à l’hôpital. «Cinq touristes français manquent toujours à l'appel», a indiqué le porte-parole de la Sûreté du Québec.   

Dans la même catégorie