/news/law

Le maire de Saint-Jérôme subira son procès

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, a échoué mercredi dans sa tentative de faire annuler les accusations du Directeur des élections du Québec (DGEQ) auxquelles il fait face.

• À lire aussi: La démission du maire de Saint-Jérôme réclamée

Stéphane Maher qui a toujours nié ces allégations va subir son procès le 25 mai prochain au palais de justice de Saint-Jérôme. Il s’agit d’un procès d’une durée de cinq jours au cours duquel quelques témoins dont des conseillers municipaux seront entendus par le juge.

Le DGEQ lui reproche d’avoir tenté d’influencer une personne au regard de sa candidature, ce qui est considéré comme une manœuvre électorale frauduleuse.

Il y a quelques mois, notre bureau d’enquête avait eu accès à un enregistrement audio des événements qui se sont déroulés en octobre 2017.

Dans son bureau, le maire Maher avait convoqué le conseiller municipal, Mario Fauteux, membre de sa formation politique. Selon la bande audio, il avait demandé au conseiller de renoncer à se présenter pour son parti. En contrepartie, il lui offrait un emploi en guise de compensation. Le maire ignorait alors qu’il était enregistré. Le maire a énuméré différents postes dans des organismes municipaux à offrir à M. Fauteux.

Un autre conseiller municipal, André Marion, a aussi porté plainte au DGEQ pour les mêmes motifs.

S’il est déclaré coupable, le maire pourrait devenir inhabile à exerces ses fonctions pour une période de cinq ans. Une action en justice peut alors être entreprise pour le forcer à quitter son poste.

Dans la même catégorie