/news/politics

Le PLQ demande à l’UPAC de conclure l’enquête Mâchurer

Vincent Larin | Journal de Montréal

Le Parti libéral du Québec demande à l'Unité permanente anticorruption (UPAC) de conclure l’enquête Mâchurer portant sur le financement politique de la formation sous Jean Charest. 

• À lire aussi: «Cessez cette enquête», dit l’avocat de Jean Charest  

• À lire aussi: Enquête Mâchurer: «J’ai hâte que ça aboutisse»  

«Très clairement, après six ans, je pense que ce n’est pas déraisonnable de faire en sorte qu’il y ait une conclusion à cette enquête-là, d’une manière ou d’une autre, et que l’UPAC réponde aux questions», a déclaré le leader parlementaire du parti, Marc Tanguay, lors d’un point de presse à l’Assemblée nationale mercredi. 

 «On demande à l’UPAC, réellement, de mettre un point final d’une façon ou d’une autre à cette enquête-là », a-t-il ajouté en faisant valoir. 

Cette demande rejoint celle formulée mardi par le premier ministre, François Legault, qui, tout en précisant qu’il revenait à l’UPAC de décider des suites à donner à l’enquête Mâchurer, a affirmé mardi avoir «hâte que ça aboutisse et [...] hâte que les policiers nous donnent leur conclusion». 

Elle survient au lendemain de la diffusion par Radio-Canada d’une entrevue de Jean Charest s’est attaqué à la crédibilité de l’enquête de l'UPAC sur le financement de son ancienne formation politique. 

Il y a notamment qualifié l'enquête Mâchurer de «partie de pêche » en plus de défendre bec et ongles son «ami» et ex-argentier du Parti libéral du Québec (PLQ) Marc Bibeau. 

«C’est un cri du cœur tout à fait justifié pour un citoyen qui fait l’objet de ces allégations depuis six ans», a affirmé le député Marc Tanguay mercredi. Selon lui, il est venu le temps pour l’UPAC d’"accuser ou de s’excuser", une formule employée par l'ancien président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, lors de l'arrestation du député Guy Ouellette en octobre 2017. 

La ministre de la Sécurité publique suppléante, Andrée Laforest, a qualifié mercredi de «très audacieux» le vœu formulé par le leader parlementaire du PLQ, Marc Tanguay, de voir l’UPAC en venir à une conclusion dans l’enquête Mâchurer. 

«Honnêtement, je pense que je ne suis pas prête du tout à prendre des commentaires du député de LaFontaine, du Parti libéral, sur une enquête. Je pense qu'on va laisser l'enquête se terminer», a-t-elle commenté en point de presse.La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a quant à elle plaidé pour que l’UPAC puisse terminer son enquête de manière indépendante tout en se montrant peu affectée par le témoignage de Jean Charest. 

«L’UPAC doit aboutir son enquête et le nouveau directeur ne doit pas se laisser influencer par les firmes de [communication] de M. Charest», a-t-elle déclaré. 

Selon Manon Massé, l’ex-premier ministre n’a que «ses firmes d’avocats» à blâmer pour les retards dans le processus d’enquête qui s’étire depuis maintenant six ans. 

«On attend des nouvelles, on attend des conclusions. On n’a rien. Les gens commencent à douter. Il faut que ça arrive. Il faut que l’enquête se fasse et qu’on arrive avec des conclusions le plus rapidement possible», a dit le député du Parti québécois, Harold LeBel. 

Ce dernier a toutefois insisté pour «que les choses se fassent bien» et surtout que l’UPAC ne bâcle pas son travail.

Dans la même catégorie