/news/politics

Harcèlement au cabinet de Sue Montgomery

Dominique Cambron-Goulet et Yves Poirier

La mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (CDN-NDG), Sue Montgomery, affirme qu’elle a «pleinement confiance» en sa cheffe de cabinet, qui a harcelé deux employés, selon un rapport du contrôleur général de la Ville de Montréal.  

• À lire aussi: Le bureau de Sue Montgomery sous enquête 

Les conclusions d’une enquête lancée cet automne sur un climat de travail «malsain» dans l’arrondissement CDN-NDG ont été dévoilées oralement à quelques cadres ainsi qu’à Sue Montgomery et à la mairesse de Montréal, Valérie Plante, dans les derniers jours. 

«Une enquête du contrôleur général sur le climat de travail démontre qu’une personne a eu des comportements de harcèlement envers deux personnes de l’arrondissement CDN-NDG», a confirmé Valérie Plante en entrevue. 

Celle-ci n’a pas dévoilé le nom, ni le poste de l’employé pour des raisons de confidentialité. Mais selon ce que nous avons appris de plusieurs sources, il s’agit d’Annalisa Harris, la directrice de cabinet de Sue Montgomery depuis le mois de juin dernier. 

«Pleinement confiance» 

Sue Montgomery, une élue du parti de Valérie Plante, Projet Montréal, n’a pas voulu nous accorder d’entrevue, mais a indiqué avoir «pleinement confiance» en son employée dans un courriel. 

«Je travail [sic] très bien avec mon cabinet et tous les fonctionnaires pour faire avancer nos priorités», a-t-elle ajouté. 

Mais selon nos informations, le travail tournerait au ralenti en raison de la situation. Une des deux victimes serait d’ailleurs une autre employée du cabinet. 

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, appelle l’élue de son parti à agir. 

«On doit s’assurer de procurer un milieu de travail qui est sain. Je m’attends à ce qu’elle applique à la lettre l’ensemble des recommandations [du rapport]», a souligné Valérie Plante, qui n’a pas voulu elle-même les énoncer.» 

Deuxième cas 

Il s’agit d’une deuxième enquête de harcèlement dans les hautes sphères d’un arrondissement dirigé par le parti Projet Montréal, en moins de deux ans. 

L’an dernier, un rapport du contrôleur général faisait état de comportements troublants de la mairesse de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, Giuliana Fumagalli. 

L’élue, mise à la porte du parti de la la mairesse Plante dans la foulée des allégations, avait eue des crises de colère et insulté plusieurs employés municipaux. Elle avait également exigé que son arrondissement emploie que des «personnes colorées».