/regional/estduquebec/basstlaurent

L’opposition presse le gouvernement d’investir pour réparer le navire Héritage 1

Meggie Bélanger | TVA Nouvelles

Une dizaine de membres du comité «Sauvons l'Héritage 1» accompagnés de plusieurs députés de l’opposition ont fait front commun jeudi matin pour réclamer l'investissement des cinq millions de dollars nécessaire pour réparer le navire qui relie Trois-Pistoles aux Escoumins.  

Et ainsi sauver la saison 2020 de la traverse.   

Le comité citoyen rappelle que le dossier déposé au ministre des Transports, François Bonnardel, est bien ficelé et que la contre-expertise réalisée par des experts mandatés par la Compagnie de navigation des Basques confirme une durée de vie de dix à quinze ans du navire après les travaux.  

Un chantier maritime est même prêt à accueillir le navire dès maintenant pour faire les travaux d'acier à la coque qui sont nécessaires afin obtenir la certification de Transports Canada pour la prochaine saison.  

Le montage financier fonctionne également. Donc, à huit jours de la date butoir tous pressent François Bonnardel de répondre positivement à la demande de financement.   

L’opposition rappelle que la population de l’est est encore prise en otage.  

«On veut avoir les sommes nécessaires pour réparer ce bateau-là et laissons-le à la Compagnie de navigation des Basques pour qu’il soit opéré par des gens du milieu. Ce que l’on dit à Bonnardel, c’est que ce traversier-là est vital», explique Martin Ouellet, député de René-Lévesque.  

Gaétan Barrette, leader de l’opposition officielle en matière de Transports questionne le gouvernement à savoir «est-ce que lorsque l’on est un citoyen des régions et qu’on est peu nombreux et qu’on est loin des réflecteurs, on a moins de poids auprès du gouvernement de la CAQ que les autres?» 

Les représentants de l’opposition sont également contre l'idée que la Société des Traversiers prenne en charge de la traverse éventuellement.  

Selon eux, l’opérateur actuel, la Compagnie de navigation des Basques qui est une régie intermunicipale et non une compagnie privée, assure un service fiable et sécuritaire versus la crise de confiance qui secoue actuellement la Société des Traversiers du Québec. 

«M. Bonnardel n’arrête pas de le dire, "nous on a hérité d’un dossier qui était mal ficelé, on n’était pas là". Et bien là, c’est lui le ministre et bien qu’il la prenne la décision. On n’a pas à être divisé avec d’autres populations qui sont prises au piège par l’absence de décision du ministre Bonnardel à l’heure actuelle», expliqué le porte-parole du comité «Sauvons l’Héritage 1». 

Le député caquiste de Rivière-du-Loup -Témiscouata, Denis Tardif, a promis une réponse de son collègue ministre des Transports, le 31 janvier prochain soit la date butoir pour le maintien de la traverse pour la saison estivale 2020.  

Tous espèrent une réponse avant cette date.