/finance

Près de 600 licenciements à l'usine Mega Bloks de Montréal

TVA Nouvelles

L’usine québécoise fabriquant les fameux Mega Bloks fermera ses portes l’automne prochain pour transférer sa production en Chine et au Mexique, entraînant la suppression de 580 emplois montréalais.   

L’entreprise Mega Brands, qui en a fait l’annonce vendredi, justifie sa décision en raison d’un surplus de production à Montréal. La réduction des opérations pour fabriquer les petites briques colorées de plastique à l’établissement situé dans l’arrondissement Saint-Laurent débutera d’ici l’automne.  

 

  

« Dans un effort de maximisation de l’efficience de notre chaîne d’approvisionnement globale, dans l’ensemble de l’entreprise, nous consoliderons nos activités manufacturières ayant cours à Saint-Laurent avec celles d’autres usines de notre réseau », a indiqué par courriel au Journal un porte-parole de Mattel, l’entreprise américaine possédant Mega Brands.  

« Ce fut un privilège d’avoir des opérations manufacturières à Saint-Laurent, a-t-on ajouté. Nous sommes reconnaissants de l’importante contribution que l’équipe manufacturière de Saint-Laurent a apportée à Mega. »  

Si 580 personnes, non syndiquées, ont reçu une bien mauvaise nouvelle vendredi, 235 employés œuvrant en design et dans des postes administratifs devraient quant à eux garder leur travail, alors que le siège social demeurera sur l’île de Montréal.   

Il a été impossible de s’entretenir avec des employés vendredi. Lorsque Le Journal s’est présenté à l’usine de 800 000 pieds carrés dans Saint-Laurent, des gardes de sécurité ont empêché les journalistes de l’approcher de trop près.   

Le maire surpris  

Cette annonce est un « coup dur » pour le parc industriel de Saint-Laurent, a estimé vendredi le maire de l’arrondissement.  

« On n’a plus que 33 000 emplois manufacturiers ici et perdre 580 emplois comme ça, c’est un impact majeur. Ce sont des emplois qui sont bien rémunérés. C’est surprenant comme décision, a admis Alan DeSousa. Ça tombe mal pour les employés, qui ont des familles, des enfants, des hypothèques, des dépenses. Ça me fait de la peine pour les gens qui sont concernés, j’ai une pensée pour eux. »  

« Au-delà des indemnités de départ qui seront accordées, l’important est que les personnes concernées puissent trouver un nouvel emploi le plus rapidement possible. Il faut aider ces gens-là », a-t-il ajouté.   

Réaction du ministre  

Ce dernier espère toutefois que « tous les efforts possibles » seront déployés par le gouvernement du Québec afin de préserver pour le futur les emplois qui n’ont pas été supprimés.   

« Il faut absolument les sécuriser et s’assurer que ça reste ici », a soutenu M. DeSousa.   

De son côté, le ministre du Travail, Jean Boulet, a réagi à la nouvelle sur Twitter.   

« Dès que j’ai été informé des intentions de Mega Bloks de fermer son usine de Montréal, j’ai pris les actions pour faciliter le maintien sur le marché du travail des employés touchés. Mon gouvernement identifie déjà des postes disponibles qui répondent aux compétences des salariés », a-t-il écrit.   

- Avec la collaboration de Francis Halin et TVA Nouvelles

Dans la même catégorie