/news/society

Tous les cas sous investigation au Québec sont négatifs

Agence QMI

Il n’y a aucun cas de coronavirus pour l'instant ni au Québec ni au Canada, a confirmé vendredi le directeur de la santé publique du Québec, Horacio Arruda, assurant par ailleurs que les autorités sont prêtes à faire face à la situation.

M. Arruda a rencontré la presse en après-midi afin de rassurer la population et pour confirmer «que les cinq personnes en investigation, dont il a été question plus tôt cette semaine, ne sont pas infectées par le nouveau coronavirus».

«Ainsi, il n'y a donc actuellement aucun cas de coronavirus au Québec», a indiqué M. Arruda.

Il a aussi insisté pour dire que les autorités sanitaires du Québec sont prêtes.

«Je tiens à réitérer que le réseau de la santé est prêt et bien préparé à faire face à une apparition de cas au Québec», a affirmé M. Arruda.

«La population ne doit pas s'inquiéter, a-t-il poursuivi. Bien que les cinq cas soient infirmés, comme la situation épidémiologique évolue rapidement, il est attendu et normal que d'autres cas soient investigués. Le Québec a mis en place un système de détection efficace et fiable, et demeure proactif et vigilant.»

Au cours de son point de presse, le directeur national de la santé publique a dit ne pas être inquiet, mais être «très vigilant», réitérant que «notre capacité à intervenir est très bonne».

«Nous sommes vigilants et on prend toutes les mesures nécessaires pour détecter la transmission d’un cas sur notre territoire, le prendre en charge, protéger les travailleurs de la santé, éviter la transmission, et de cette façon-là, bien protéger la population.»

Dans un communiqué publié dans la foulée du point de presse de M. Arruda, le ministère de la Santé et des Services sociaux a rappelé certaines des mesures mises en place.

«Des instructions concernant le triage à l'urgence et la prise en charge des cas ont été distribuées au réseau, de même qu'un avis Info-Santé, est-il mentionné dans le communiqué. De plus, des interventions seront effectuées dans les aéroports canadiens afin d'inviter les personnes ayant fréquenté les zones sous surveillance et qui présentent des symptômes à consulter rapidement dans une urgence.»

«On ne dort pas sur "la switch", comme on dit», a assuré M. Arruda devant les journalistes.

Ne pas céder à la peur

Il a par ailleurs souligné que chaque fois qu’il y a une situation comme celle-là, la peur s’installe, mais qu’il ne faut pas y céder.

«La peur entraîne des épidémies de craintes qui sont non fondées et qui amènent des comportements irrationnels. Il faut rester rationnel, il ne faut pas céder à ses peurs ni envers les personnes ni envers certains produits [...]. C’est important de rester informé.»

La Santé publique du Canada a confirmé qu’aucun cas du coronavirus n’a été signalé au Canada et estime toujours que le risque d’éclosion demeure faible au pays.    

Même si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pris la décision de ne pas déclarer d’urgence internationale, la Direction de la santé publique entend conserver ses mesures de sécurité et en ajouter d’autres.        

Le gouvernement avait déjà mis en place des mesures aux frontières et dans les aéroports de Montréal, Toronto et Vancouver, notamment la diffusion de messages à l’intention des passagers ayant visité la Chine dans les écrans dans ces trois aéroports majeurs.    

Au total, près de 900 personnes ont été contaminées, pour l'essentiel en Chine, dont 26 sont mortes, selon le dernier bilan officiel.

Dans la même catégorie