/news/world

Un satellite américain de quatre tonnes risque d'exploser

Agence France-Presse

L'opérateur de télévision américain DirecTV va éloigner en urgence l'un de ses satellites de son orbite géostationnaire, à environ 36.000 km d'altitude, en raison d'un problème de batterie faisant courir un risque d'explosion.

Le satellite, Spaceway 1, a été lancé en avril 2005 et pèse environ 3700 kilogrammes, selon une ancienne fiche de Boeing, le constructeur. Avec ses panneaux solaires déployés, il fait 41 mètres de longueur et 7 mètres de largeur.

DirecTV a informé la Commission fédérale des communications (FCC) le 19 janvier, dans un courrier, qu'une «anomalie majeure» avait causé «des dommages thermiques importants et irréversibles» aux batteries de Spaceway 1.

«Il existe un risque important que ces batteries explosent», écrit DirecTV. À partir du 25 février, le satellite sera dans l'ombre de la Terre et les batteries abîmées tenteront inévitablement de se recharger, ce qui pourrait provoquer l'explosion.

L'opérateur veut donc évacuer son satellite au plus vite vers l'orbite dite cimetière, 300 km plus haut que l'orbite géostationnaire où se trouvent des centaines de précieux satellites de télécommunications.

Pour réduire le risque d'une explosion accidentelle, DirecTV va vidanger dans l'espace une partie des 73 kg de carburant (bipropergol) encore à bord, mais l'opérateur a prévenu qu'il n'aurait pas le temps de tout vider. Il a demandé une exemption d'urgence, car la réglementation exige en temps ordinaire que le carburant soit entièrement vidangé d'un satellite avant sa désorbitation.

La FCC a accordé l'exemption le jour même, selon un porte-parole et un document consulté par l'AFP.

Boeing a confirmé à l'AFP qu'il aidait son client à «désorbiter en toute sécurité le satellite», dont la durée de vie garantie était de 12 ans.

«Ce satellite était un satellite de secours et nous ne prévoyons pas d'impact pour nos clients avec sa fin de service. Nous le remplaçons par un autre satellite de notre flotte», a dit à l'AFP Jim Kimberly, porte-parole de AT&T, qui détient DirecTV.

L'explosion d'un satellite aussi grand pourrait créer des milliers de débris et endommager d'autres satellites.